GRANDE FAENA DE GINÉS MARÍN[:]

Pour le moment, les deux faenas les plus importantes de l’année à Las Ventas ont un seul auteur : Ginés Marín. La dernière il l’a faite à un brave toro de Nuñez del Cuvillo. Si brave qu’il était difficile de le toréer. Mais Ginés le fit avec temple, courage, inspiration et avec l’aplomb d’une figura. S’il l’avait bien tué il serait sorti par la Grande Porte. Son second, brave lui aussi, mais sautillant et très incommode, il le toréa en se faisant plaisir. Et s’il le porte le descabello au premier coup, il aurait coupé une oreille. Ginés Marín est un as mais avec les aciers il est nul.

Morante eut un lot infame. Son premier fut une armoire à trois étages et son second un bœuf mal fait. Aucun des deux ne chargea. Son premier il le toréa avec des véroniques comme lui seul sait le faire. Avec son second il ne put le faire car après une très belle passe, le toro sans race fuyait même son ombre. Le public ne se fâcha pas avec le toro mais avec le torero. Que de bêtise !

Cayetano eut deux bons toros et lui de bons moments, des bons et des mauvais. ¨Par contre, il déborda de courage et d’engagement.

[:]

Les commentaires sont fermés.