UNE BONNE CORRIDA[:]

Feria de Bilbao, 3ème corrida. Les bons toreros convoquent les aficionados ; les figuras, les aficionados et le public. Ainsi, aux arènes de Vista Alegre, il y avait une grande entrée, ce qui est méritoire par les temps qui courent où la tauromachie est absente des grands médias et les végans sont à la mode. A l’affiche El Juli, Perera et Roca Rey face à des toros de Jandilla.

La corrida était bien présentée, de belle facture et bien armée mais elle manqua un peu de forces ce qui empêcha certains toros de charger comme ils le voulaient. Les toreros, vaillants et tenaces, se montrèrent supérieurs au bétail. Par exemple, El Juli s’en inventa un. Inventer un toro cela signifie le faire charger quand il ne veut pas, et le faire bien. Avec une maestria éblouissante. S’il n’avait pas raté la mise à mort, il aurait coupé une oreille. Ce qui arriva aussi à Perera, qui pincha ses deux toros et perdit deux oreilles. Perera n’en inventa aucun mais il templa leurs charges en début de faena comme si on les avait juste piqués, et quand ils s’arrêtèrent il s’imposa à tel point à eux qu’ils s’effrayèrent. Le toro peu piqué par manque de force il est très difficile de le templer. C’est pourquoi Roca Rey, avec moins d’expérience, mit du temps à s’ajuster à eux. Il y parvint à partir de la moitié de ses faenas et comme il tua bien ses deux toros, il coupa deux oreilles. Roca Rey n’a pas encore le métier des deux toreros qui le précédèrent, mais le courage et l’attitude d’une figura. Les aficionados et le public sont sortis satisfaits des arènes.

[:]

Les commentaires sont fermés.