[:es]TRIUNFO DE ROMÁN, ALBOROTO DE LEAL Y BUEN TOREO DE FORTES[:fr]TRIOMPHE DE ROMÁN, TOHU-BOHU DE LEAL ET BON TOREO DE FORTES[:]

[:es]

Bilbao, 8ª corrida. La corrida de Miura, floja de patas y fuerte de cuello, fue desigual. Malo el lote de Fortes, bueno el de Leal y en el de Román destacó el 6º toro. Todos acusaron mucho sentido en banderillas, tapando la salida, con las excepciones del 5º , con el que se lucieron Marco Leal y Manolo de los Reyes, y del 6º que galopó y por eso no pensó.

Fortes tuvo el mérito de tapar la deficiencia de sus toros con callada maestría, temple y buen trazo, y no triunfó porque sus toros no le permitieron más que unos buenos muletazos, de manífico trazo y asentamiento. Juan Leal dio en su primero una lección contradictoria, hizo, por equivocada distancia en los cites, malo a un toro bueno, pero puso a la plaza en pie gracias a su inaudito valor, y en su segundo, que sí era una prenda, volvió a conmocionar a la plaza. No le importó estar delante de un torazo de Miura, su entrega rayó en lo suicida. Dio la vuelta en cada toro con la plaza volcada. Por su parte, Román sorprendió por su insospechada destreza, su valor sincero y la frescura de su actitud y de su toreo. Después de su salida por la puerta grande Madrid, en Bilbao ha dado un gran paso adelante.Esta tarde reafirmó el espíritu de toda la feria: toros muy serios, pero de deslucido comportamiento, y toreros en estado de gracia, muy por encima de los toros. 12 orejas en ocho corridas, más las que se llevaron las espadas y el señor presidente, lo dicen todo.

[:fr]

Feria de Bilbao, 8ème corrida. La corrida de Miura, faible sur pattes et forte de cou, fut inégale. Mauvais le lot de Fortes, bon celui de Leal dans celui de Román de distingua le sixième toro.

Tous se sont montrés avisés aux banderilles, en empêchant la sortie des banderilleros, à l’exception du cinquième, avec lequel brillèrent Marco Leal et Manolo de los Reyes, et du sixième qui galopa et voilà pourquoi il n’y pensa pas. Fortes eut le mérite d’occulter les carences de ses toros avec une maestria sans ostentation, du temple et une belle esthétique, et il ne triompha pas parce que ses toros ne lui permirent que quelques bonnes passes à la muleta, magnifiques dans leur exécution et assise. Juan Leal fit preuve à son premier de valeurs contradictoires, il rendit, en se trompant dans la distance, mauvais un toro qui était bon, mais il mit les arènes debout avec son courage ahurissant et devant son second, qui lui était vraiment compliqué, il les émut à nouveau.

On aurait dit qu’il lui était égal d’avoir des Miuras devant lui et son engagement fut limite suicidaire. Il fit un tour de piste à chaque toro avec les arènes pour lui. De son côté, Román suprit par sa dextérité inattendue, son courage sincère et la fraîcheur de son attitude et de son toreo. Après sa sortie en triomphe de Madrid, il franchit un nouveau pas à Bilbao.

Cette corrida réaffirma l’esprit de toute la feria : des toros très sérieux mais au comportement peu brillant et des toreros en état de grâce, très au-dessus des toros. 12 oreilles en huit corridas, plus celles perdues à l’estocade ou par décision du président, cela veut tout dire.

[:]

Les commentaires sont fermés.