BOLIVAR Y ADAME, DOS BUENOS TOREROS AMERICANOSBOLIVAR ET ADAME, DEUX BONS TOREROS AMERICAINS

Sevilla, 12 de abril; La corrida de La Palmosilla, muy seria y muy armada, presentaba un problema: era fuerte y encastada pero blanda de remos. Un dilema, si se la picaba se venía abajo, si se no se la picaba era muy dificil templarla. Los tres toreros, Luis Bolivar, Joselito Adame y Rafael Serna optaron por dar toda la ventaja a lo toros. Chapeau. Pero su pecado (taurino) impuso su penitencia: los aficionados sevillanos (pocos, porque llovía a mares) detectaron velocidad en el toreo de Adame, y no su deslumbrante maestría cuando trasteaba a dos ásperos toros que llegaron enteros a su muleta; a Serna le acusaron de inmadurez por no acoplarse a su primer oponente, pero al que dio unos naturales de excelso trazo; y con Bolivar se rindieron en su segundo toro, porque su lidia fue impecable, la faena de muleta, inteligentísima, y su toreo, el de un maestro. Cortó una merecida oreja.Interesante corrida para el aficionado.

Séville, 12 avril. La corrida de La Palmosilla, très sérieuse et très armée, avait un problème : elle était forte et encastée mais faible sur pattes. Un dilemme, si on la piquait elle risquait de tomber, et si on ne la piquait pas, elle était très difficile à tempérer. Les trois toreros, Luis Boliver, Joselito Adame et Rafael Serna optèrent pour donner l’avantage au taureau. Chapeau. Mais leur pêché (taurin) fut à l’origine de leur pénitence : les aficionados sévillans (peu nombreux, car il pleuvait abondamment) détectèrent de la vitesse dans le toreo d’Adame, et non son éclatante maestria dans ses faenas à deux taureaux qui arrivèrent entiers à la muleta ; on a qualifié Serna d’immature pour ne pas s’être mis au diapason de son premier adversaire, avec lequel il a réalisé des naturelles extraordinaires ; et avec Bolivar ils se sont rendus à son second taureau car sa lidia fut impeccable, la faena très intelligente et son toreo, celui d’un maestro. Il a coupé une oreille méritée. Intéressante corrida pour aficionados.

Les commentaires sont fermés.