GRANDE NOVILLADA DU CONDE DE MAYALDE

Madrid, 21 mai. Six novillos du Conde de Mayalde. Pablo Atienza, Alfonso Cadaval et Toñete. Il y eut de tout chez les novillos du comte : belle présentation, robes variées, cornes harmonieuses, force, fond, bravoure et quand ils furent bien toréés, de la classe. La trois novilleros auraient dû sortir en triomphe, car chacun eut son toro. Pablo Atienza le quatrième ; Alfonso Cadaval, le second ; et Toñete deux, troisième et sixième. Mais uniquement ce dernier coupa une oreille au dernier de la course, pour une faena qui se déroula sous le déluge et qui la dramatisa. Toñete s’est distingué pour deux choses, il a un trait élégant et un sens inné du temple. Il lui manque, probablement par inexpérience, l’intuition du sitio (placement, distance, hauteur -perdre un pas ou deux, ou l’inverse) et pour cette raison il ne s’ajusta pas à son magnifique premier novillo. Mais c’est une belle promesse. Pablo Atienza n’a pas dit grand chose, mais devant son second adversaire, quand au milieu de la faena son novillo avait ralenti ses charges, il fit de bonnes et lentes passes. Quant à Alfonso Cadaval il a mis beaucoup du sien pour triompher et il y est presque parvenu à son premier novillo. Mais il tue avec les yeux fermés. Ou trop ouverts.

Une conclusion cliché : auparavant les novilleros allaient à Madrid ayant pas mal toréé ; aujourd’hui, ils le font pour pouvoir toréer. C’est le monde à l’envers.

Les commentaires sont fermés.