MADRID FERIA D’AUTOMNE : BON DÉBUT

Comme vous le savez, au cours de cette feria les toreros acceptèrent le sorteo des élevages. Et le sort se révéla comme un bon programmateur. Tous les cartels eurent leur « alchimie ». Alejandro Talvante fut le seul figura à accepter le défi : avait-on demandé à d’autres d’y participer ? Les toros ont beaucoup chargé, mais mal. À l’exception du novillo de Fuente Ymbro, appelé « Jurista », d’une classe et bravoure extraordinaires. Le reste, le bétail de Victoriano del Rio et du Puerto de San Lorenzo, ne m’a pas plu.

Je me réfère aux toreros par ordre d’importance. Talavante a fait la meilleure faena de cette première partie du cycle d’automne. Son premier toro de Victoriano, peu piqué et avec beaucoup de mobilité, ne promettait rien. Mais Alejandro a parié sur lui dès la première passe. Il l’a lidié tout en le toréant. Naturelle après naturelle, redondo après redondo, il lui apprit à charger avec fixité et l’a templé au point de l’obliger à collaborer dans un toreo profond, autoritaire, inspiré, celui d’une grande figura du toreo. Il l’a tué d’un pinchazo et d’une estocade. À Madrid, il y a trois ou quatre décennies, il aurait coupé les deux oreilles. Aujourd’hui, il n’a fait que saluer depuis le tiers. Ahurissant. Son second adversaire fut un invalide et il abrégea.

Une autre grande faena fut celle de Ginés Marín à un toro au genio agressif et bas de caste qu’il obligea, par sa maîtrise, à charger avec fixité. Il le fit avec un toreo profond et au trait de haut rang. Mais il l’acheva d’une bonne demie épée, auparavant aussi valorisée qu’une épée entière, et voilà pourquoi il ne fit qu’un tour de piste. Ahurissant. Son second opposant lui infligea un coup de corne au visage et il dut passer à l’infirmerie.

Pablo Aguado a fait le meilleur toreo à la cape jusqu’à ce jour dans cette feria, avec des véroniques extrêmement templées et des élégantes chicuelinas. Devant son second, un toro manso et hargneux, très avisé, il fit une faena très intense, courageuse et empreinte de toreria, et lui coupa une oreille très méritée. Je crois qu’on a devant nous un grand torero.

Un autre grand torero est Emilio de Justo. Devant deux ennemis très sérieux et peu reluisants, il s’imposa aussi bien à la cape qu’à la muleta. Il leur fit deux faenas très méritoires. Et il les acheva avec deux estocades exemplaires, parfaites, très toreras. Il coupa deux oreilles et sortit par la Grande  Porte avec tous les honneurs. Par ailleurs, Emilio est un torero avec beaucoup de classe.

Román a fait une excellente prestation face à deux toros qui ne collaborèrent guère et très agressifs. Il souffrit un impressionnant accrochage et fut très applaudi.

Les novilleros Juanito et Francisco de Manuel, devant quatre novillos-toros de Fuente Ymbro peu gratifiants, ont fait une bonne impression. Par contre, Pablo Mora, est passé à côté de « Jurista », un toro pour s’élever.

Conclusions : grande première partie de feria. Très bons toreros qui se sont livrés jusqu’à l’immolation. Des toros sérieux, grands et très armés, mais de peu de qualité et manquant de bravoure. Et un public déconcertant, réprimé dans son adhésion au toreo et enthousiaste devant les faenas engagées. Rien à voir avec l’aficion madrilène d’antan, exigeante mais réceptive et désinhibée dans son appréciation du bon toreo.

Les commentaires sont fermés.