SEVILLE: ON ATTENDAIT MORANTE, CE FUT MANZANARES…

Gros succès commercial, deux llenos de no hay billetes, la San Miguel fut inégale sur le plan artistique. Morante, sur laquelle elle était bâtie puisqu´il avait le privilège de comparaìtre deux fois, ne put justifier l´adoration dont il fait l´objet de la part de l´aficíon sévillane. L´icône du Baratillo semblait décidée mais n´eut pas l´occasion de bàtir cette faena complète que ses fans attendaient. Il fallut donc, une fois encore, se contenter de détails plein de charme qui nous laissèrent sur notre faim. Le premier jour les toros ne fonctionnaient pas, le second une rafale de vent vint, mal à propos, gâcher le chef d´oeuvre espéré pour son dernier passage. Ni bien ni mal, « el de la Puebla » n´a pourtant rien perdu de son crédit local…

L´autre idole locale, José Mari Manzanares, s´est totalement justifiée dimanche et, disons-le, relancée face à une corrida de Juan Pedro variée dont il toucha le bon lot: deux toros nobles, avec de la classe, discrets sous la pique mais qui durèrent, terminant à màs. Entrega, garbo et officio de l´alcantino plus plaisant que profond au premier mais sensationnel à son second passage et vraiment convainquant. Faena engagée avec des séries au ralenti et un final terrifiant puisquíl se fit prendre alors qu´il tentait des circulaires inversées à genoux. Pas de dégat heureusement et José Mari boucla sa faena par des manoletinas ajustées au millimètre. Hélàs, il ne connut pas sa réussite habituelle à l´épée: deux tentatives à recibir et un pinchazo lui firent perdre tout espoir de récompense. La vuelta fut d´apothéose néanmoins…

Le samedi: mansada imprésentable de Garcia Jimenez, entrega totale de Roca Rey justement primé pour son engagement et oreille pour une chaleureuse despedida de Juan José Padilla. Le jerezano, venu en voisin, longtemps « tricard » sur le sable de la Maestranza où on ne lui fit pas de cadeaux touchait là le salaire de sa soufrance et de son aficíon que personne ne lui contesta. Cette ultime vuelta fut véritablement émouvante.

Les commentaires sont fermés.