NOVILLADA SAN ISIDRO. LES CHARGES NE S’OFFRENT PAS[:]

Madrid, 27 mai. La novillada était de La Quinta. Autrement dit, des « santacolomas » proches des « saltillos ». Mais aussi la bravoure de ceux d’Ibarra et la qualité de Saltillo. Des novillos-toros qui mirent à l’épreuve les novilleros.

Que veut dire mettre à l’épreuve ? Uniquement une chose, que le toro de la Quinta n’offre pas ses charges, qu’il faut savoir comprendre ses intentions, les moduler, les polir, les transformer pour leur conférer du tempo et les aimanter aux leurres. Comment fait-on ? En leur marquant la distance précise dans la ligne droite pour que leur inertie transforme une charge en plusieurs ; en remplaçant le « toque » par la distance ; en aimantant le leurre dès le début sans jamais trahir la ligne naturelle de sa projection ; en adaptant le temple à la vitesse proposée par l’animal ; en ne faisant voir que la muleta  à ce « saltillo » qui regarde davantage que les autres et découvre l’homme ; et en finissant les passes toujours par le bas pour que l’animal ne perde pas l’espoir d’attraper l’objet qui le défie et ne s’ennuie pas. Les novilleros ont-ils su les toréer ? Angel Jiménez à son premier, qu’il a caressé par des passes toutes en rondeur et avec des naturelles que le public n’a pas su apprécier. Tout Francisco de Manuel qui a très bien toréé à la véronique et a montré un large éventail de registres à la muleta face au compliqué dernier novillo. Celui qui n’a pas su les comprendre est « El Galo », torero français forgé au Mexique, où cette souche de toros est prédominante. Malgré une attitude bouillonnante, celle d’un novillero vaillant et manquant d’expérience.

Le public apprécia le comportement vibrant des novillos -leur poids et leur morphologie étaient ceux des toros d’antan- dans les premiers tiers, mais n’a pas su les voir à la muleta, car les novilleros dans leur ensemble n’ont pas non plus su leur montrer. Car ces « santacolomas » proches des « saltillos » n’offrent pas leurs charges : il faut savoir les façonner.

Le bon aficionado a savouré l’après-midi, le reste -des soi-disant aficionados et spectateurs occasionnels- j’imagine que non.

[:]

Les commentaires sont fermés.