SAN ISIDRO 11. L’ENFER DES TOREROS[:]

Madrid, 28 mai. Pour fêter le centenaire de l’encaste Albaserrada, la feria de San Isidro a programmé quatre corridas. La première, de José Escolar, a présenté six taureaux grands et armés différemment. On aurait dit des rebuts du campo.

Ils ont montré du genio, autrement dit de l’agressivité défensive, un défaut qui découle d’un comportement de manso. Dans les arènes, nombreux ont été à confondre cela avec de la caste, qualité dérivée de la bravoure, et certains ont été applaudis à l’arrastre.

Les victimes choisies furent Fernando Robleño, Gómez del Pilar et Angel Sánchez. Robleño s’est relâché et laissé aller avec un naturel incroyable devant son second toro. Il l’a achevé d’une grande estocade mais le président n’a pas voulu lui donner l’oreille. Quel grand torero ! Gómez del Pilar, très vaillant, s’est joué la vie inutilement devant ses deux adversaires. Sánchez a montré que ses bonnes manières requièrent un autre type de taureau.

Mauvais début pour la saga Albaserrada.

[:]

Les commentaires sont fermés.