[:es]SAN ISIDRO 12 : EMILIO DE JUSTO, CUMBRE DEL TOREO[:fr]SAN ISIDRO 12 : EMILIO DE JUSTO, AU SOMMET DU TOREO[:]

[:es]

El sexto de Victorino Martín fue un tobillero con clase. Antes de que lo picaran y se doliera o diera muestra de falta de energía, embistió bien al capote de Emilio de Justo, que le dió, hasta el momento, las mejores verónicas de la feria, lances que volvió a repetir, a similar altura, en un quite, Con la muleta embebió, toreó, alargó las enclasadas embestidas del toro.

Y lo hizo con un trazo sublime, con un temple deslumbrante, con una torería fuera de lo común. Cerró, con Roca Rey y Pablo Aguado la terna estelar de esta feria. Mató de una gran estocada y le concedieron una oreja. El premio supo a poco. Antes, había partido la plaza en dos. Los cinco toros restantes, finos de estampa – por lo tanto, de trapío no bien apreciado- y de mal juego, estrellaron a Daniel Luque -una pena ver a un torero tan bueno con ganado tan malo- y a Octavio Chacón, quien con un hábil toreo sobre los pies terminó cabreando al personal.

Mala racha, la de los « albaserradas ».

[:fr]

Le sixième toro de Victorino Martín cherchait les chevilles mais il avait de la classe. Avant qu’on ne le pique et de montrer qu’il avait mal et moins d’énergie, il chargea bien à la cape d’Emilio de Justo qui réussit les meilleures véroniques de la feria jusqu’à présent, des passes qu’il renouvela lors d’un quite.

Avec la muleta, il imbiba, toréa et prolongea les charges pleines de classe du toro. Et il le fit avec une doigté suprême, un temple éblouissant, une toreria hors du commun. Il intègre, avec Pablo Aguado et Roca Rey, ce trio stellaire de la feria. Il a tué d’une grande estocade et on ne lui a attribué qu’une oreille. La récompense ne fut pas à la hauteur de ce qui s’était produit, car il avait ébranlé les arènes. Les cinq toros restants, à la fine silhouette -dont on sut apprécier le trapio- et au mauvais comportement, empêchèrent les toreros de s’exprimer. Dommage de voir un aussi bon matador comme Daniel Luque devant du si mauvais bétail. Octavio Chacón, avec son toreo habile, finit par crisper le public.

Nouvelle mauvaise passe pour les Albaserrada.

[:]

Les commentaires sont fermés.