JOSE TOMAS A GRENADE : J AI RAJEUNI DE 7 ANS

José Tomas était au cartel de la corrida du 22 juin 2019 dans les arènes de Grenade. Tous les abonnements vendus en quelques jours et une attente énorme de tous les spectateurs. Je n’ai pas revu José Tomas dans une arène depuis son solo historique en septembre 2012 à Nîmes. Et bien je peux vous dire que j’ai rajeuni de 7 ans. J’ai retrouvé le même engagement, le même comportement, la même profondeur et un répertoire d’une richesse incroyable.

Avec peut être par moment plus de calme et de temple qu’à Nîmes et des passes non encore vues à ce jour. Les toros choisis sur mesure sont bien sortis – sauf le 3em faible – et ont permis au torero de Galapagar d’exprimer toute sa tauromachie.

Il n’est pas possible de tout raconter : je pense – entre autre – à une série de statuaires extraordinaires pour débuter la faena de son premier toro, de profondes naturelles tout au long de l’après midi, des trincheras, des pechos d’une longueur inouï,  la reception du dernier toro avec 21 passes de capes de suite – les 3 dernières d’une seule main – avec un relachement et une lenteur incroyable.

A la sortie de cette corrida, une impression proche de celle ressentie à Nîmes en 2012 : Avoir assistée à une leçon de tauromachie rare, être rempli par tant de vérité dans le toreo, être rassasié par tant de répertoire du toreo exprimé par José Tomas. Et presque l’envie de ne plus aller voir de corrida pendant un moment pour savourer ces moments inoubliables.

Pour terminer deux anecdotes. La première c’est dur …lors de la première faena de José Tomas : un spectateur dans le public crie : ‘El Juli  (qui est présent dans le callejon) aprender a Torear…’ en référence à sa prestation correcte mais sans plus de la veille… La seconde : le public qui crie ‘Torero, Torero…’ pendant la faena du second toro avec tant de force que l’on entends plus le son de la musique.

Les commentaires sont fermés.