SAINT SEVER JUIN 2019 : UNE RÉUSSITE

Pour commencer au niveau du public, avec des arènes de la Morlanne combles, comme cela ne s’était plus produit depuis des lustres. Avec des gens de tous les âges et beaucoup de jeunes, ce qui est de bon augure pour l’avenir. Les gens ont donc été séduits par l’alchimie de ce cartel. Il y avait de l’enthousiasme, de la ferveur dans les gradins et aussi… de l’aficion.

Second point remarquable : les toros. Un élevage phare, Victoriano del Rio, avec un lot correctement présenté, adapté à la catégorie des arènes, dont cinq toros s’illustrèrent par leur mobilité et leur noblesse. On récompensa le quatrième, qui correspondit à Castella, d’un tour de piste mais il aurait été bien plus mérité pour le sixième, très brave au cheval, avec du mordant, de la caste, regorgeant aussi de bravoure à la muleta.

Seul le premier fut un peu plus fade, plus discret aussi dans sa présentation. Même s’il fut toréé avec fluidité par Castella, cela ne porta pas sur les gradins. Par contre, la faena qu’il brinda à Richard Milian au suivant, connut des passages remarquables. Comme ce début de faena avec des passes inversées tout en marchant, d’une doucheur enivrante, enchaînées avec une maîtrise éblouissante.

Sébastien dessina de très bons muletazos, dont des naturelles exceptionnelles mais prolongea une nouvelle fois en excès sa faena. Ce qui l’empêcha de couper une oreille méritée, à laquelle se joignit celle dont lui fit cadeau la présidence à son premier. Une présidence complètement déboussolée, cherchant à faire plaisir mais qui ne fut à l’écoute du public.

Thomas Dufau coupa deux oreilles à son premier alors qu’on n’en demanda qu’une et au cinquième il en reçut une de poids après une faena où il se sentit vraiment à l’aise devant un grand toro. Il signa des passages avec du sentimiento et un relâchement de plus en plus fréquent chez lui ces derniers temps. On sent qu’il a franchi un nouveau cap et qu’il a encore de la marge. Enhorabuena !

C’était le retour du torero bordelais Clemente dans des arènes. Il y avait de l’intérêt, de l’attente, pour savoir où il en était. Il a toréé avec beaucoup de saveur à la cape, a cherché le « sentimiento » à la muleta, mais souvent au détriment de la lidia. Les avis, au final, étaient partagés. Il est indéniable qu’il a des qualités, de la personnalité, qu’il manque d’expérience, de rodage, mais devant un lot superbe, il n’a pas fini de convaincre. Il faudra qu’il insiste.

Les commentaires sont fermés.