SAN ISIDRO 14 : UREÑA, AVEC ET SANS TORO

Madrid, 31 mai. La corrida d’Alcurrucén fut comme beaucoup de corridas d’aujourd’hui. Bien présentée et noble, ses charges n’étaient pas bonnes. Courtes et hautes, tardives et sans vivacité, elles n’étaient pas scandaleusement mauvaises mais peu propices au toreo qui est demandé dans ces arènes.

Face à des toros aussi fades a échoué David Mora, non seulement parce qu’il ne fut pas capable de les toréer, mais parce que son toreo à la muleta -non à la cape- était très laid. Sans palliatifs. Alvaro Lorenzo n’a pas pu non plus triompher, face au plus mauvais lot, même si on l’a vu au-dessus de ses toros. Ceux de Paco Ureña ne furent pas meilleurs, mais le torero de Murcie fut stimulé par leurs défauts et de leurs limites il tira profit. Inspiré, avec beaucoup de courage et de toreria il réalisa une faena originale et très pure, basée sur le toreo fondamental, qui lui valut une oreille méritée. Sa prestation sauva un après-midi de toros mansos qui semblait condamnée à l’ennuie

Les commentaires sont fermés.