SAN ISIDRO 22 : TORÉER EN ENFER

Madrid, 11 juin. Las Ventas, ces mois de mai et juin, semblent être le centre d’une tornade. Si à cette perturbation, qui détruit les ordres données aux capes et muletas et empêche les toreros de diriger les charges des toros, il faut ajouter que ces derniers sont grands, vieux et gros, contraires à la typologie du toro de combat, on comprendra que celles que l’on surnomme « les premières arènes du monde » soient devenues l’enfer de la tauromachie.

Dans cet enfer sont descendus Fernando Robleño, Iván Vicente et Cristian Escribano. Et de cette aventure ils sont sortis sains et saufs. Félicitations. La ganaderia de Valdellán, de l’encaste de Santa Coloma, envoya des toros de morphologies diverses, l’un dans le type de la souche et d’autres non. Il y en eut un, sorti troisième, qui était un classique de Santa Coloma mais comme grossi sous l’effet d’une loupe. Il fut très brave.

 

Les commentaires sont fermés.