APOTHEOSE DE DANIEL LUQUE

Valdemorillo. 9 janvier. Daniel Luque (trois oreilles) est une figura de la tauromachie qui n’en est pas une pour une seule raison : il n’a pas ouvert récemment les Grandes Portes de Madrid et Séville.

Pour le reste : maestria technique, pureté dans l’exécution du toreo, beauté dans le tracé des suertes, architecture aboutie des faenas, personnalité dans l’arène, improvisations suggérées par les toros. Daniel est aussi bon que le meilleur et meilleur que tous les autres.

À Valdemorillo il l’a prouvé devant un bon lot de Montalvo, une grande corrida dont profita aussi Alvaro Lorenzo (deux oreilles), avec une exhibition de temple. Moins bien s’en est sorti López Simón (une oreille), insistant pour trouver le rythme d’un bon toro et sans idées face à l’autre.

On se doit finalement de féliciter les nouveaux organisateurs de Valdemorillo. Affiches avec deux bons élevages et six bons toreros. Avec des récompenses méritées : deux grandes entrées lors de deux journées obscures. Y a t-il ou pas de l’aficion ?

Les commentaires sont fermés.