TORÉER LE MANSO

cdiaz18A

San Isidro, dixième corrida. Au toro manso de race brave on l’appelle « mansurrón » ou « bravucón », car le bétail de leur condition d’une certaine manière charge. Avant, le manso-brave était plutôt manso, il n’allait pas au cheval, par contre

UN MEXICAIN EN OR

ADAMEHIJO11

San Isidro, huitième corrida. Deux toros de toute beauté, profonds et très armés, mirent à l’épreuve le très jeune matador Luis David (Adame). L’un, un jabonero bravissime, et l’autre un taureau noir avec énormément de genio. Et il

TOROS BRAVES ET GRANDS TOREROS

TALAVANTEMAD11

San Isidro, septième corrida. Six toros braves aux bravoures distinctes, trois toreros en plénitude et aux tauromachies différentes. Résultat : six lidias passionnantes, avec du toreo très souvent varié et souvent enivrant. On dit d’Antonio Ferrera qu’il détient une tauromachie

LE TOREO CHÂTIÉ

11MAI

Les taureaux de Pedraza de Yeltes étaient de véritables armoires à trois corps. On aurait dit des autobus à deux étages. Et leurs cornes paraissaient d’infinies tours gothiques. Une morphologie en rien propice à la tauromachie. D’autant plus

L’ÉPREUVE

10MAI

an Isidro, deuxième corrida. Les taureaux de Fuente Ymbro mirent à l’épreuve les toreros, le public et les prétendus connaisseurs de Las Ventas. « Hechizo », n°123, noir, avec des cornes réunies, aux pointes vers le haut et pointes vers