[:es]SAN ISIDRO 24 : MANDA EL 7[:fr]SAN ISIDRO 24 : C’EST LE 7 QUI COMMANDE[:]

[:es]

Una gran pancarta, abierta en el tendido 7 cuando empezó la corrida, homenajeaba a la ganadería de Cuadri, Decía: « Don Fernando Cuadri, gracias por todo ». ¿Qué era ese todo? El toro grande, pasado de kilos, feo de hechuras, parado en el último tercio, avieso si de mala condición, soso si de buen talante, y cinqueño desde hace un par de años, O sea, el tipo de toro que, por lo visto, gusta a los aficionados del tendido 7 y aburre al resto de la plaza.

Los de este festejo se dejaron picar sin pelear en varas, se defendieron cobardones en banderillas y se pararon en la muleta. Los toreros, Rafaelillo, López Chaves y Octavio Chacón, cumplieron como bravos, sin posibilidad de triunfo. Y la corrida se vio con respeto. Si los toros hubieran lucido otra divisa, la que se habría armado. No fue así. En Las Ventas manda el 7-

[:fr]

Madrid, 13 juin. Une grande pancarte, exhibée sur le Tendido 7 alors que commençait la corrida, rendait hommage à l’élevage de Cuadri. Elle disait : « Don Fernando Cuadri, merci pour tout ». Que signifiait ce tout ? Le toro immense, surchargé de poids, laid dans sa morphologie, à l’arrêt au dernier tiers, avisé s’il était de mauvaise condition, fade s’il se prêtait plus, et âgé de cinq ans depuis deux ans.

Autrement dit, le type qui plaît, parait-il, aux aficionados du Tendido 7 et ennuie tout le reste des arènes. Ceux de cette journée se sont laissé piquer sans se battre, se sont défendus avec couardise aux banderilles et se sont arrêtés à la muleta. Les toreros, Rafaelillo, López Chaves et Octavio Chacón, ont justifié leur courage sans la moindre possibilité de triomphe. Et on regarda la corrida avec respect. Si les toros avaient porté une autre devise le scandale aurait été majeur. Ce ne fut pas le cas. C’est le 7 qui commande à Las Ventas.

[:]

Los comentarios están cerrados.